Jérôme Mauche

Texte lu lors du festival Midi-Minuit, édition d’octobre 2007 ; publié dans Gare maritime 2008, (revue anthologique annuelle de La Maison de  la poésie de Nantes)

«  Écrire à partir de ce qui est écrit déjà.

Ne serait-ce que pour constater que ce n’était pas cela qui était écrit en fait. »

Le monde dans les livres de Jérôme Mauche est rude, on ne le contredira pas, ce monde c’est aussi le nôtre et de cette rudesse saurons témoigner – si on nous demande.

Le mal gît dans le remède, est-il écrit en quatrième de couverture d’Electuaire du discount.

«  La posologie à suivre est simple, l’absorption d’un maximum de bactéries à son tour guérit », est –il écrit dans superadobe. (tous deux édités au Bleu du ciel)

Pour ce faire il faut une langue. Car ce monde emploie une langue pour nous passer sa rudesse ; en fait ce monde emploie des langues, nombreuses et toutes archi-spécifiques, des langues toutes sectorisées, adaptées. Nombreuses, adaptées, les langues utiles employées par Jérôme Mauche perdent de leur efficacité dans ce nouveau monde compliqué qu’il leur fabrique et offre, leur efficacité d’origine se perd en route dans les sinuosités. Et ce qui résulte, c’est une langue hybride nantie d’une efficacité autre, complètement neuve, complètement inutile (au regard des critères qui prévalaient avant traitement).

Ainsi procède son tout nouvel opus de parution imminente, déjà en vente ici même, La loi des rendements décroissants, dans la collection Déplacements, dirigée par François Bon aux éditions du Seuil. « Ceci n’est pas un précis de sciences économiques. Puissent les rendements décroître au-delà d’un seuil certain. Ce seuil, cette intensité minimale susceptible de provoquer une réaction. »

Cette Loi des rendements décroissants s’extrait de / se construit par la langue usuelle des magazines économiques. Cette langue a une logique (un sens, une direction), cette langue donne des directives, bâtit un, des ordres, cette langue injecte des injonctions. Mauche reproduit de cette langue et ce faisant la décentre : pervertir un système. Au résultat un texte qui parle, qui parle de ça (l’objet d’origine, économique), qui parle autant d’autre chose, un texte qui peut, qui va, qui fuse et ouvre, qui produit du sens.

Mauche reproduit de cette langue et ce faisant la décentre, puis il l’égare, la séduit puis la boxe, soigne les plaies puis hop, la pousse dans l’escalier. Et nous avec, cette façon de faire ne négligeant pas d’être brutale. Serait-ce qu’aussi le remède, qu’un semblant de remède, gise dans le mal ? Tentons le coup, même si c’est guérison temporaire, forcément temporaire, car se tenir debout dans ce monde-là, rude et compliqué monde-là qui gueule à nos oreilles, requiert une souplesse d’art martial. C’est osciller. Osciller comme dirait Mauche,

« Entre savoir et ignorance.

Ne pas savoir, ne pas ignorer non plus. ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s