Trois | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Pichenettes.

Digressons, d’une question de Sandra Moussempès : « Qu’est-ce-que le poke ? ». Eh bien, d’après wiktionnary, to poke, c’est donner une pichenette à quelqu’un pour attirer son attention. Un doigt tapotant l’épaule, ‘lut-toi-ça-va. Cette fonction sociale, c’est celle du poke, version ubiquité : taper sur l’épaule de quelqu’un qu’on aime bien, pour lui dire : qu’on l’aime bien – ubiquité permettant de taper sur dix épaules simultanément ou presque et que dix doigts tapotent votre épaule sans manquer de place. Dans l’IRL, c’est plutôt agaçant – & on l’imagine, formidablement agaçant quelqu’un qui vous le ferait à maintes reprises dans la journée. Mais sur facebook, ça compense, ça ajoute un stimulus, simple obstiné muet stimulus, au déferlement des signes – dont beaucoup de mots. Mon paradoxe du moment, c’est que facebook ne me les signale pas, mais m’en avertis par courriel – il m’est donc signalé par courrier que quelqu’un m’a tapoté l’épaule. & quand wiktionnary m’informe qu’un poke est aussi l’« insertion d’une valeur à une adresse mémoire dans le but de modifier le comportement de programmes. », je ne suis pas sûr de ne pas devoir m’inquiéter de ce dérèglement du poke.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s