Vingt | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Un évitement.

Re. Pour continuer il faut reprendre : les événements qui ne font pas fil, leur cours dont l’écoulement ne fait pas fleuve, il faut reprendre & simplement & seulement s’y remettre, relancer la machine corrodée par toutes les pluies d’un tiède été, s’y remettre comme si la veille c’était tout près, comme si la veille datait d’hier & non d’il y a tant de semaines, repartir comme si nulle stase, alors que se sont refermés les dossiers, finis : finis les ateliers en prison (mais ça n’en finit pas comme ça comme d’un claquement de doigts, non, à coup sûr on y reviendra), les débats à La Baule & finies les vacances même glissées entre, fini tout & qu’on a repris, travaillé : travaillé à préparer le terrain du travail prochain en classant pesant jaugeant les sédiments du travail récent. Cette bizarre fluidité, grumeleuse, enlaçant les projets : laborieusement achevés dans l’ombre naissante des projets à venir, et les projets : à venir, dont la pièce maîtresse on la trouvera, se rassure-t-on, dans la résolution des achevés. Reprise sans qu’il y ait eu déprise, en somme, l’endroit juste laissé en jachère, puisqu’ayant aussi écrit ailleurs : cet article tout en strates, éloge à DeLillo qui m’est si cher, m’a valu un évitement : je n’ai pas simplifié ma tâche, j’aurais pourtant pu en : citant Houellebecq, qui un jour affirma quelque chose à propos de la mort qui serait un bruit de fond permanent pour nos vies contemporaines, semblant sans le citer résumer Bruit de Fond du dit Don DeLillo : citer m’eût simplifié la tâche, gagner quelques heures de compulsives recherches au cœur du livre et de ma mémoire pour n’au final dénicher que ce passage bien moins catégorique: «–Et si la mort n’était qu’un son ? dit-elle./ –Un son parasite. / –Un son que nous entendrions pour toujours, tout autour de nous. ». Je n’ai pas cité Houellebecq, j’ai évité : par mauvaise foi peut-être (sans doute) (sans le moindre), comme un ado revêche qui refuserait de porter des marques ; j’ai choisi de ne pas, par désir d’enfouissement, pour me replonger dans le livre (désir comblé, j’y suis allé et ne cesse d’en retourner les terres depuis) ; j’ai évité Houellebecq et son arrangeant résumé pour autre chose, aussi, dont on n’a l’idée qu’une fois qu’elle s’est écrite : qu’en l’occurrence, résumer, clarifier, simplifier, n’aurait facilité qu’une fuite, n’aurait rien résolu (juste : aurait fait mine). J’ai cité, évoqué, cité & recité Don DeLillo, quitte à m’y perdre &, par cet évitement confortable (à sa façon), n’ai pas résolu beaucoup plus, mais m’y suis perdu plus juste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s