« Manifeste Mutantiste 1.1 » / Mathias Richard et al. (2011, édition caméras animales)

(Reprise d’un article paru sur livreaucentre le 13 novembre 2011)

Manifeste Mutantiste 1.1 / Mathias Richard et al.

Le livre :
« Le mutantisme est un logiciel psychique s’adressant aux personnes voulant penser et créer hors de ce qui est. (…) « Le mutantisme est un programme de réinitialisation d’où naissent de nouvelles catégories, de nouvelles classifications, de nouvelles formes. »

Présentation du livre plus détaillée ici

——————————————————————————————————————————

Ce livre peut faire peur, par sa forme et son propos – par la noirceur de sa couverture autant que la férocité cryptée de son ton. Passée cette première impression frileuse, il est conseillé d’y entrer car c’est un bel endroit de recherche : littéraire et sociétale.

“Le mutantisme est une cellule de recherche sur les devenirs multiples.

Le principe du mutantisme est multidirectionnel, protéiforme (profusion de formes), et rêve d’un recueil de pensées extraterrestres.”

Si Mathias Richard et les éditions Caméras animales, basées à Tours, s’inscrivent dans quelque tradition, c’est dans celle de l’hybridation et des recherches d’avant-garde : l’héritage revendiqué (non comme un legs immobile mais comme un territoire à continuer d’arpenter) est multiple et mixte : des recherches philosophiques autour de la notion de rhizome de Gilles Deleuze et Félix Guattari, aux dérives psycho-géographiques de l’Internationale Situationniste (d’influence très prégnante ici, dans ce ton volontariste et cet usage de la première personne du pluriel, notamment), d’œuvres littéraires transgenres et souvent transgressives comme celles de William Burroughs, de la culture de détournement de techniques du hacking informatique…

Au résultat, un texte mixte, à la fois programmatique (présentant méthodes et objectifs pour échapper aux contrôles médiatique et totalitaire), ludique (au sens expérimental du terme : le chapitre “machines nous présente des dispositifs de création avec et contre le système : comment écrire de la poésie en samplant le tout-venant télévisuel, comment composer des tableaux-collages à base de recherche google, comment pratiquer l’écriture GPS…), politique et poétique.

Et de très belles interventions viennent se mêler au propos incantatoire mais non halluciné (et de fait : lisible, et agréablement lisible) de Mathias Richard, notamment cette nouvelle  du sauvage et hilarant auteur belge Antoine Boute, Stephen King Kong. Un auteur à découvrir, en performance (voir cet extrait vidéo de son livre Tout public, édité aux Petits Matins) et en livre (édité aussi chez publie.net). Au final, ce manuel de mutantisme est un ouvrage curieux, alerte. Vivant.

“La technologie est arrivée à un point où la science-fiction a cessé d’être de la fiction.
Tout comme la poésie (…), la science nous aide à imaginer les sens, les perceptions que nous n’avons pas.
(Le monde va bien au-delà de ce que l’on connaît.)
Le mutantisme témoigne de la science-fiction du présent.”

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s