« La table » et « Questions d’importance », Claude Ponti chez publie.net

(Reprise d’un article paru sur livreaucentre le 30 novembre 2011)

Claude Ponti fait paraître deux livres chez publie.net, cet hiver 2011.

Vous avez bien lu : Claude Ponti, oui, l’auteur de tant d’albums majeurs, qui d’emblée furent aimés et reçus comme des classiques (pour approcher l’ampleur de cette œuvre, voir chez l’école des loisirs).  Mais ce n’est pas le Ponti des enfants, si l’on peut dire en guise d’avertissement,  il s’agit ici de deux textes “adultes”, à ne pas mettre entre de toutes jeunes mains donc ; avertissement qu’on modérera sitôt énoncé, car trop réducteur : dans ces deux textes, La Table et Questions d’importance, on retrouve, sans les dessins (et sans doute cette absence répare-t-elle une forme d’injustice : l’ombre dans laquelle l’illustrateur Ponti à parfois relégué, malgré lui, l’écrivain Ponti), mais avec la même acuité, la puissante faculté d’interrogation ouverte (ouverte : jamais creuse) des textes de l’auteur de Pétronille ou de L’ Arbre sans fin…

L’acuité est la même mais le relief est les résonances sont autres : plus directement graves, peut-être, parfois. Ainsi, Questions d’importance, qui comme son nom l’annonce, consiste en un amas de questions enchainées, enchâssées :

“Comment s’est appelée la première famille ?
Comment s’est appelée la première tribu ?
Combien étaient-ils ?
Y en avait-il d’autres ?
Quel fut le premier cri de ralliement de la première horde ?
Sur quel écran la première scène primitive ?
Dans quelle caverne le premier mythe de la caverne ?
Quand s’est posée pour la première fois la question primordiale de l’œuf et de la poule ?”

Derrière une fantaisie et un goût de l’hétéroclite, ces questions sont essentielles, et le sont justement par leur fantaisie, par leur mise en doute des évidences instituées comme des cheminements ordinairement logiques (ou institués comme tels) : Claude Ponti, assurément, pose une question puis toutes les questions qui dans celle-ci sourdent, et le fait en enfant – rapprochement à entendre sans simplification : le questionnement, comme les rafales de Pourquoi ? des enfants non encore formatés, est hors cadre, inlassable, croissant. Et son processus est créateur, entraînant : le son et le sens font alliance et boule de neige. Ce questionnement, qui s’engendre depuis une position d’énonciation “enfantine”, est nourri de la lucidité, du parcours, d’une mémoire, adultes et pleines. Cette posture, paradoxale a priori, s’avère formidablement fertile et littéraire.

J’ai eu l’occasion d’en exploiter une part infime des possibles, en atelier d’écriture numérique, l’an passé – une séance, qui outre, via la puissance de possibles induites par la posture du questionnement, demeure je m’en souviens un moment-clé, un moment de bascule, dans la vie du groupe et de ce qui advint durant cette saison-là. Une consigne étendue en jeu 2.0, dans une spirale de commentaires et questions ajoutées aux questions – souriantes toujours, avec d’immenses horizons au-delà – et ce possible-là vient de la force d’autorisation contenue dans le travail de Ponti, qu’il soit « jeunesse » ou « adultes ».

La Table, paru simultanément, est une pièce de théâtre (genre dans lequel, s’il le fallait se rangerait également Questions d’importance, mais ce serait sans doute en réduire la portée). Et son genre est franchement adulte : on y trouve même des chansons joyeusement paillardes (ô combien croustillantes, où l’on à plaisir à réentendre cette verve gourmande et sonore qui était celle de certains de ses textes jeunesse, ou des Pieds Bleus.)

Société de consommation, vie de famille, et vie qui passe et tout avec, y sont examinés, d’un œil ironique, amusé, autour et par le biais d’un objet : une table de salon.

“Elle

Comme nous cette table est la même et dans le même temps, dans la même pièce, elle n’est pas la même… Nous ne pouvons que changer, pour rester nous même…

Lui

Cette table…tu te souviens quand on l’a achetée…

Elle

Un jour, après notre mort, cette table parlera à nos enfants… elle leur dira tout ce qu’ils ont oublié et tout ce qu’ils savent, dans les couleurs du bois, tout ce qui coule dans ses veines immobiles et qui est aussi leur vie…”

Deux livres forts qui constituent deux pans non négligeables, non accessoires de cette œuvre majeure.

copyright Claude Ponti, La table, publie.net, 2011
——————————————————————————————————-
Claude Ponti : La Table, Publie.net, 2011. – 149 p. – ISBN : 978-2-81450-540-7. – Hors Collection  – prix : 3,99 €. Télécharger en multi-formats ; Questions d’importance,Publie.net, 2011. – 49 p. – ISBN : 978-2-81450-547-6. – Collection “Temps réel” – prix : 3,99 €. Télécharger en multi-formats.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s