« Futur fleuve », Emmanuel Rabu, (Laureli-Leo Scheer, 2011)

(Reprise d’une chronique publiée dans Encres de Loire n°58, 14 décembre 2011)

« Aux techniques d’asservissement qui avaient émergé depuis l’impact, d’autres – qui ne semblaient pas découler d’une décision mais d’un processus inconscient d’expansion, de réappropriation, s’étaient ajoutés – leur fonctionnement échappait aux classifications. »
Échapper aux classifications, assurément : Emmanuel Rabu est un auteur fort souple à cet exercice, habile à passer d’un genre à l’autre dans un même mouvement de pensée : mieux que ça : habile à créer des ponts improbables, voire impossibles (préjugés tels), entre genres (dits) nobles et culture populaire. Originaire de la région nantaise, où il fut participant à la revue Quaderno, puis responsable de la revue PlastiQ, Emmanuel Rabu a publié quelques étranges et beaux livres, associant des figures de champs culturels éloignés : Hergé et Isidore Isou ; Gainsbourg, Vélasquez et l’histoire de l’automobile… jusqu’à imaginer et diriger l’anthologie Écrivains en Séries (deux volumes chez Laureli-Leo Scheer), qui organise un questionnement transversal des séries télévisées par des artistes, écrivains, théoriciens…
Ce livre, qui nous est présenté comme un roman, en surprendra plus d’un(e). C’est une fiction assurément, où nous sommes projetés : en période post-apocalyptique (2011), quelques rescapés s’organisent au milieu du chaos. Figure de fiction générique, agrégée dans notre inconscient (visuel autant que littéraire, via le cinéma fantastique dans ses excroissances les plus populaires, Mad Max et autres Terminator), ce décor constitue un prétexte, il est le motif : de l’action, certes, mais surtout d’un texte fait de listes a-génériques, plein de biographies abrégées, d’index de dates et lieux, de définitions partielles, de questionnaire. Le texte est ouvert, suggère son incomplétude, et suscite en nous un défilement d’images fugitives – une rêverie fiévreuse.
Une rêverie affirmativement poétique, atypique, manière de roman-fleuve en charpie.

Emmanuel Rabu, Futur fleuve (Laureli-Leo Scheer), parution 28 septembre 2011, 112 pages, 16 euros, EAN 9782756103440

Publicités

Une réponse à “« Futur fleuve », Emmanuel Rabu, (Laureli-Leo Scheer, 2011)

  1. Pingback: Emmanuel Rabu, anthropie entropie | Matériau composite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s