Un remède à la crise économique ?

« Monsieur l’ingénieur ! Moins il y aura de monnaie en circulation et plus vite elle devra circuler, plus il y aura d’opérations à exécuter avec elle en un temps donné. Pour que l’argent passe plus vite de main en main, nous serons peut-être obligés de le transporter nous-mémés dans les usines, où nous attendrons qu’il soit remis aux ouvriers, après quoi, au trot, nous accompagnerons ces derniers dans les magasins, les bureaux de tabac, les bistrots et les cinémas où il faudra presser le gérant de remplir aussitôt un mandat puis, avec lui, voire à sa place, nous porterons l’argent à la poste et de la poste à la banque… Moins il y aura de monnaie en circulation, plus il faudra d’employés pour s’en occuper, jusqu’à ce que le nombre diminuant de billets de banque et le nombre croisant de banquiers s’équilibrent. À la fin, tous les Tchécoslovaques seront devenus pour ainsi dire banquiers, monsieur l’ingénieur, et toute la Tchécoslovaquie ne sera plus qu’une banque étonnante. »
(Les Cobayes, Ludvik Vakulik, Éditions Attila, 2012).

——-

Cette collecte d’extraits de livres lus ou en-cours-de est personnelle, forme d’herbier sans valeur scientifique – rien ne vaut de découvrir les livres entier, et celui-ci, paru chez Attila l’an passé, vaut la peine d’être tenu en mains… et lu, tant il recèle de possibilités d’étonnement.

(Les Cobayes, de Ludvik Vaculik, 256 pages – 978291-7084-540 – 20 €, Maquette de Sylvain Lamy, Dessin de Jérémy Boulard le Fur)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s