le film d’une écriture, pas l’écriture d’un film (un atelier framapad avec des jeunes)

Un atelier d'écriture avec framapad, autour du travail de François Place (dans le cadre du Festival passages, organisé au Quai d’Angers, octobre 2013) Revenir quelques minutes et quelques lignes sur ce qui se passe et qui passe, à toute vitesse, au cœur d’un automne très dense. Invité par l’équipe du Quai (Christian Mousseau-Fernandez et Céline … Lire la suite le film d’une écriture, pas l’écriture d’un film (un atelier framapad avec des jeunes)

Publicités

20 ans 20 livres – les éditions MeMo fêtent leur 20 ans

Jeudi 7 novembre de 14h à 17h30 à La médiathèque de Saint-Jean-de-Monts Les éditions MeMo fêtent leur anniversaire Me Mo / vingt ans vingt livres Joie de participer à cet événement et d'avoir contribué à son élaboration, à la suite d'une collaboration éprouvée avec la Médiathèque de Saint-Jean-de-Monts depuis trois années (pendant lesquelles, outre animer … Lire la suite 20 ans 20 livres – les éditions MeMo fêtent leur 20 ans

«Notre amour des pelleteuses» (Proust est une fiction, François Bon, Seuil, coll. Fictions et Cie)

Proust est une fiction, de François Bon (éditions du Seuil, coll.Fictions et Cie, 2013) (Reprise amplifiée d’une notice parue dans Encres de Loire n° 65) « La métaphore du bassin minier intérieur, pour nous toute une richesse : d’abord parce qu’à la surface rien ne se voit – il faut le puits, et descendre. Immédiatement, si … Lire la suite «Notre amour des pelleteuses» (Proust est une fiction, François Bon, Seuil, coll. Fictions et Cie)

Virginie Poitrasson, Il faut toujours garder en tête une formule magique. 

(Texte lu avant la lecture de Virginie Poitrasson à Midi Minuit poésie 13ème édition, samedi 12 octobre 2013, 22h45, à Nantes.) (à paraître dans Gare maritime 2014, en juin 2014) Virginie Poitrasson,  Il faut toujours garder en tête une formule magique. Ou, par ailleurs : « Enoncés et puis soudain la vocalise chick-a-dee-dee-dee comme nombril, centre de … Lire la suite Virginie Poitrasson, Il faut toujours garder en tête une formule magique. 

un centre est toujours de trop (Virginie Poitrasson)

« Et c’est déjà disparu, apparu encore un peu plus loin, au loin, par les lointains que l’on génère si frénétiquement, fastes mélanges, lignes du désir au-delà de la raison et c’est un peu plus disparu, je m’éloigne de l’attraction, un centre est toujours de trop, comme une obsession du déploiement. J’aime cette déraison du … Lire la suite un centre est toujours de trop (Virginie Poitrasson)

Personne ne reconnaît sa voix enregistrée sur une bande (Bruce Bégout, Suburbia)

« L’émotion même qui naît dans les villes découle de ce trouble de la reconnaissance. Tout y paraît proche, et en même temps, signale un lointain inaccessible. C’est que l’esprit qui s’est extériorisé peu à peu dans les murs, les panneaux, les enseignes, les événements, le mobilier, les vêtements, s’est en quelque sorte perdu dans l’Autre. … Lire la suite Personne ne reconnaît sa voix enregistrée sur une bande (Bruce Bégout, Suburbia)