Un outil en soi (Culture pop´, Cinquante ans de culture populaire à Saint-Nazaire) (préface de Sylvain Coher, éditions Cénomane).

(Reprise augmentée d’une notice parue dans Encres de Loire n° 67)

Culture pop´, Cinquante ans de culture populaire à Saint-Nazaire (préface de Sylvain Coher, éditions Cénomane).

« Mais au fond c’est quoi, cette fameuse Culture populaire ? » est la question introductive la préface de Sylvain Coher, architecte, ingénieur, façonnier de cet ouvrage.(Architecte, façonnier – ou metteur en scène, ou réalisateur ? On cherche le substantif qui dise exactement cette place-là, si éditorialement particulière, de l’auteur accompagnant une écriture collective.)
Le Centre de Culture Populaire de Saint-Nazaire fête ses cinquante ans, d’accompagnement et d’accueil, de collectes de témoignages et d’interventions artistiques. Et ce travail si singulier, si rare, porteur d’une « qualité d’attention, particulière, profonde » (Anne Tessier, en introduction), méritait un retour réflexif. Ici ce sont les membres, salariés, collaborateurs du Centre qui s’expriment. L’entreprise fut délicate, d’organiser cette matière, « constituée de la langue politique du syndicalisme, de celles des administrateurs, de notre jargon de travailleurs du champ dit culturel ». La voici rendue en un format qui lui rend son intelligibilité et sa qualité de sens, de sensible, et de transmission :

« La perruque c’est le travail pour soi, en douce, en récupérant ce qui peut l’être et en utilisant le matériel de l’usine ou de l’atelier qui nous emploie. Faire en perruque, c’est aussi remonter le temps. Ainsi, bien avant l’ère industrielle, les compagnons artisans se confectionnaient leurs propres outils sur les lieux mêmes des chantiers – et donc sur les deniers des patrons. »

Ce livre, mieux qu’un album commémoratif, est un objet hybride et plein, qui nous en apprend de belles. Et de conclure, avec Sylvain Coher, citant son grand-père nazairien, que « la chefferie n’est rien sans les petites mains », qu’en cela, « il n’y a pas plus de culture populaire qu’impopulaire ».
Et que « lorsque les choses sont bien faites, elles doivent servir à tous. Si l’on s’en donne la peine. » Un discours qui peut sembler simple, et qui mériterait tant d’être plus souvent revisité, dans nos quotidiens pros. Nous avons beaucoup à apprendre de ses savoirs et savoir-faire là, beaucoup de sens et d’intelligence dont user chaque jour – ce livre n’est pas qu’un fier et bel hommage à ces gens et à leur parole ; il est aussi un outil en soi.

——————————————————————–
Culture Pop’ – Cinquante ans de culture populaire à Saint-Nazaire, Date de parution : 02/01/14,  Cénomane (Editions), ISBN : 978-2-916329-57-4, EAN : 9782916329574

Publicités

Une réponse à “Un outil en soi (Culture pop´, Cinquante ans de culture populaire à Saint-Nazaire) (préface de Sylvain Coher, éditions Cénomane).

  1. Pingback: Sylvain Coher, La forme empreinte, éditions Joca Seria, 2014 | Matériau composite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s