Et les lumières dansaient dans le ciel par Eric Pessan (L’école des loisirs, collection medium)

(Reprise augmentée d’une notice parue dans Encres de Loire n° 67)

Et-les-lumieres-dansaient-dans-le-ciel-d-Eric-Pessan_visuel_article2

 

« J’ai lu que toutes les particules de l’Univers sont nées au moment du big bang, cela veut dire que l’hydrogène qui brûle au cœur du Soleil est cousin du carbone dont je suis composé. C’est peut-être une famille que je cherche dans le ciel. Mais ça, qui va le comprendre ? »

Elliot, un ado fugueur, organisé et déterminé, quitte régulièrement le domicile maternel, la nuit, dans un but précis : voir le ciel. Observer les étoiles, ainsi que son père (séparé de sa mère) le lui a appris, requiert des conditions météo optimales, une nuit bien claire. Certaines nuits d’hiver répondent à ces critères : les plus froides, souvent. Et Elliott frôle la congélation, avant de rentrer, un peu tard, d’une de ses escapades, et de se faire punir comme il se doit. Mais peut lui chaut, car il a vu quelque chose briller, là-haut, dans la nuit. Ovni, peut-être, ou plutôt PAN (phénomène aérospatial non identifié), comme le lui apprendra un chercheur du Geipan, authentique organisme d’étude basé à Toulouse. Cette nouvelle fugue lui vaudra un sérieux avertissement, mais qu’à cela ne tienne, seule importe sa quête de réponse : une autre forme de vie est-elle possible, ailleurs, dans l’univers ?
(Et seule vaut, pour nous, adultes, que la question perdure, c’est sa persistance en tant que question qui demeure un moteur – chez Pessan, moteur à fictions, béance à continuellement creuser – la possibilité d’un mystère vaut plus que le mystère en lui-même.)
Ce livre, paru en collection ado, saura ne pas se limiter à quelque public-cible. Pessan est effet un grand curieux, averti de ces phénomènes (comme en atteste par ailleurs sont travail régulier avec et pour la revue Espace(s), publiée par le CNES, dont remue.net a tiré cet entretien avec Laure Limongi). Déposant en ce roman, en son protagoniste, ses propres obsessions (mais aussi certains de ses motifs récurrents, comme la fugue, fuite hors du quotidien, et l’étrangeté en laquelle elle plonge les décors ordinaires), il parvient ainsi à se (et nous) poser à distance idéale, tout proche d’Elliot.

Pour avec lui, de longues nuits durant, interrogatifs et confiants, regarder le ciel – lequel nous regarde en retour, peut-être.

——————————————————————————-
Et les lumières dansaient dans le ciel, Eric Pessan, Collection : Médium 8,50 € (EAN13 : 9782211215466)
Photographie de couverture : Emma Johnson/Flickr/Getty Images

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s