Thierry Beinstingel, de Central à Faux nègres (entretien en vidéo)

(une photo du livre Faux Nègres, par Thierry Beinstingel lui-même, sur son site).

Depuis quelques années nous travaillons ensemble, avec l’équipe de la Médiathèque de Saint-Jean-de-Monts, et une bonne douzaine d’auteurs y sont venus, déjeuner en bord de mer puis répondre à mes quelques questions. La rencontre, format café littéraire le samedi après-midi,  se double souvent, depuis 2013, d’un avant (apéro littéraire, le vendredi soir, à La Roche-sur-Yon). Comme dans beaucoup de cas (et c’est ce nous professons doctement avec l’ami Yann Dissez durant nos formations données en binôme), partant de bons principes on apprend en marchant, en faisant, en somme, construisant depuis ces bons usages (ici, d’emblée, place faite à un accueil souriant, organisé, souriant au millimètre, en quelque sorte : parfaite répartition des rôles entre nous, qui s’est apprise en cours de route).

Deuxième captation de ces rencontres, après l’entretien avec Laurence Tardieu – et passez outre la nébulosité légère qui nous ceint, Thierry et moi, d’un halo vaguement mystique, c’est un apport impromptu de grand soleil printanier – car le son est parfait, et comme souvent avec un entretien en vidéo, le spectateur que nous sommes devient vite auditeur, revenant se confirmer par l’image, de temps à autre une forme de réalité de l’affaire, du dialogue en cours. (Merci encore de cette captation, dis-je, c’est un immense plaisir que quelque chose puisse rester ailleurs que dans nos mémoires, et se déposer ainsi en ressources sur mon site).

Deux parties à cet entretien : où l’on chemine entre les livres, où Thierry nous lit des extraits, où l’on y parle d’un de ses livres, trop mal connu,  Bestiaire Domestique, de Rimbaud et de son importance en son travail, de la vie d’entreprise, bien sûr, dont on sait, de Central à Retour aux mots sauvages en passant par Ils désertent, à quel point elle compte. De course à pied et de ses études de lettres reprises, en chemin, elles aussi. De rythme de vie, d’écriture et de course. Du vocabulaire, et au-delà, de la langue, des langues (celles du travail, de l’outillage et leur poétique propre ; celle de la communication et des rapports sociaux et leur rapport de domination). On n’y parle pas de web, cette fois, parce qu’un large pan de la conversation la veille, à La Roche-sur-Yon, y fut consacré (à son site personnel, Feuilles de Route, de plus de dix ans d’âge, comme les meilleurs single malt) , et que dans cet art-là (modeste)  de la parole, la conversation se rejoue autant qu’elle se poursuit.

Mais aussi –  mais surtout, sans doute – dans la seconde partie, Thierry  dévoile en avant-première, par une lecture extrêmement douce et charnelle, l’entame de son impressionnant Faux Nègres, à paraître chez Fayard en août 2014). 412 pages, soit dix marathons. Une langue impeccable, modulée haut-de-gamme, à la hauteur, oui, de l’ampleur de ce qu’elle traite ; une lecture du paysage, urbain, politique, de ces régions abandonnées par le pouvoir et tellement promises à la rapacité d’une extrême droite ravalée en façade mais si stable depuis des lustres, en sa haineuse soif de pouvoir, une vue à hauteur d’homme (comme sur la belle photographie de Raymond Depardon qui en orne la couverture). Et, entre cette hauteur de langue, et Rimbaud toujours en faction à chaque phrase (Faux Nègres, c’est Rimbaud mis encore en exergue, même si c’est aussi deux initiales qu’on ne prononcera pas) et l’horizontalité volontaire de vue, un rapport humain, intimement politique, se fait. L’humilité grande de l’homme Beinstingel, extrêmement facile d’abord, ne se dépare pas de cette exigence-là : que l’écriture dise quelque chose qui sans elle, sans ce travail littéraire se dit si peu – et surtout si mal. Grand livre en perspective, on est dedans, on en reparlera bientôt.

Découvrez également ce livre en version commentée, sur son site. Faux Nègres, le roman du roman.

 Partie 1

[vimeo 99996042 w=500 h=375]

Partie 2 (et présentation de Faux Nègres, à paraître chez Fayard en août 2014)

[vimeo 100408632 w=500 h=375]

Faux Nègres, à paraître chez Fayard en août 2014, EAN : 9782213677460, présentation sur le site de Thierry Beinstingel, présentation sur le site de l’éditeur Fayard.

Le site de Thierry Beinstingel, Feuille de route.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s