MidiMinuitPoésie #14

Santé !

(Note additive, post-scriptum, postface (lundi 13 octobre : après-coup)

J’y reviens par une note, c’est lundi estourbi et déjà pris par d’autres lectures et menues urgences, j’y reviens par une (courte, bien trop courte) note avant que le flux des choses reprenne la main, j’y reviens parce qu’il faut, quand même. Je parlais ci-dessous de fidélité, d’amitié, c’est essentiel et ça compte, on aime à y revenir et à fortifier ensemble cet Ouvert, il y a un pan de vie là-dedans (joie de revoir Jean-Pascal Dubost, qui me mena dans cette affaire de C.A, il y a huit ans, qu’il en soit ici, à nouveau, et inlassablement, remercié, tant cette commensalité-là m’a agrandi, formé, et continue de ; mais aussi d’apprécier les compétences d’Estelle, récente graphiste & et communicatrice de la Maison, en même temps que de partager l’agréable, solide, aidante compagnie de Richard, qui en fut aussi et y apporta beaucoup – et combien ailleurs, dans nos vies surchargées, reviennent aider bénévolement ce qu’ils ont quitté, ainsi ? Ces détails (qui n’en sont pas) de vie pro signifient aussi quelque chose).
C’est surtout, cet immense sourire qui nous prit quand, en pause après huit-dix heures d’écoute assidue (et de présentations enchaînées, pour ma part, les lire : François Matton, Charles Robinson), avec les chers ami(e)s de Ce qui Secret, vint le temps de boire à cette santé : de n’en toujours pas revenir, au bout d’une dizaine d’années pour ma part, de cette réinvention perpétuelle de ce festival, de constater qu’il fait toujours, intimement et collectivement, sens ; et qu’il le fait plus et mieux. Ne cédant à aucune sirène paresseuse et réductrice, ni à la dictature quantitative ni au tautologisme et prophéties auto-réalisatrices de l’événementiel majoritaire (je connais, j’ai donné, je pourrais détailler), Midi-Minuit existe et nous fait exister plus, et autres.
La force de l’habitude n’existe pas, l’habitude est un agent d’amoindrissement, si souvent, dans nos vies – ce que ce festival fait est exceptionnel (je pèse le mot, je n’exagère pas, je le souligne sciemment);  et cette amitié-socle, durant Midi-Minuit, est rejouée, relancée, solidifiée : car Midi-Minuit est unique, il ne ressemble à nul autre, par la diversité de ses propositions, leur cohérence de construction (voir la complicité tendrement vacharde de Claude Favre et de François Corneloup, qui ne se connaissaient pas avant de performer en duo ; participer à la rencontre de Robinson et Beurard-Valdoye, qui ne se connaissaient pas plus mais ont tant à se dire et le constataient ; ne sont pas qu’anecdote de vie festivalière, mais attestations de cette qualité de travail et d’invention-là, aussi, dont Magali Brazil sait faire preuve).
Alors, le redire, net, et bold : Bravo, merci – et à suivre.
_____________________________
Midi-Minuit, c’est histoire de fidélité, personnelle (je, auteur de cet article, est dans la liste des noms ci-dessous, puisque dans ce festival nantais j’œuvre à mon échelle, interrogeant & ou présentant des auteurs, en voisinage et complicité, depuis des années). Ce travail de présentation qui nous demandé (proposé), aux bénévoles amis, a été essentiel dans mon chemin d’écriture (et pas seulement, puisqu’il s’agit de dire cette présentation debout sur une scène, l’écriture n’est donc pas seule en jeu, le corps y a sa part, puisqu’il faut écrire, puis dire, debout). À faire re-défiler ces présentation successives (et reprises sur le présent site, ainsi que dans l’anthologie Gare Maritime), de David Christoffel à Emmanuelle Pireyre, le partage entre ce que j’aurai proposé et ce qui m’aura été proposé est grosso modo équitable, en symbole de cet échange vital, force du travail en partage.
Midi-Minuit, c’est donc près de chez moi, c’est surtout de toujours plus haute tenue, fort inventif et généreux. Il n’est qu’à voir le programme (ci-dessous) et sa superbe affiche (ci-dessus) signée François Matton (dont on réécoutera l’ entretien avec Catherine Pomparat sur remue, ma foi, à cette occasion), où l’on lit les noms de Charles Robinson, Patrick Beurard-Valdoye ou Samuel Rochery. Programme éloquent, témoignant par son exigeante diversité  du renouvellement du champ de la poésie contemporaine, de son dialogue accru avec les autres arts, et ce loin de toute « chapelle » ou convention.
Et puis, d’ajouter, qu’en plein cœur d’une époque occupée (oui, littéralement occupée), par l’événementiel, n’est-il pas extrêmement important, émouvant, stimulant, de voir au fronton d’une affiche, un slogan tel que celui-ci (signé François Matton) :
Sieste à toute heure
Bon départ dans l’affection nouvelle
À jeudi, vendredi, samedi, à bientôt, vite et lent.

LE SITE : http://www.midiminuitpoesie.com/
LE PROGRAMME
Jeudi 9 octobre 15h30 | café-librairie les Bien-aimés. Lecture de Films en prose, de Jacques Sicard par Gilles Blaise, sur une création vidéo de Thomas Chatard. (Gratuit sur réservation, au 02 85 37 36 01 ou à la librairie Les Bien-aimés) De 16h30 à 19h30 | Cité des Voyageurs. Présence des éditions Héros-limite : livres et « Pavillon d’écoute », création sonore dans la cave voûtée. (gratuit) 19h30 | Cité des Voyageurs. Projection du film Berliner Trio pour stations et traversées d’Isabelle Vorle, sur une lecture performée en live dePatrick Beurard-Valdoyeet une musique de Jean-Jacques Benaily, suivie d’un entretien avec les invités, animé par Guénaël Boutouillet, et de la projection du film Tous se terrent, sur un texte de Patrick Dubost. (Entrée : 3€ / Abonnés, étudiants, demandeurs d’emploi : gratuit)
Vendredi 10 octobre De 11h30 à 14h30 | Cité des Voyageurs. Présence des éditions Héros-limite : livres et « Pavillon d’écoute », création sonore dans la cave voûtée. (gratuit) De 15h à 18h | Passage Sainte-Croix « Les cabines phoniques », installation-atelier pour les enfants. (Gratuit) 18h30 | café-librairie les Bien-aimés. Lecture de Films en prose, de Jacques Sicard par Gilles Blaise, sur une création vidéo de Thomas Chatard. (Gratuit sur réservation, au 02 85 37 36 01 ou à la librairie Les Bien-aimés) 21h00 | galerie de l’école des Beaux-Arts. Approches de la poésie actuelle : trois éditeurs présentent leurs travaux, et un auteur de leur catalogue pour une lecture. Avec les éditions Héros-Limite et Christophe Rey, leséditions La Barque et Ossip Mandelstam, les éditions Plaine Pageet Ritta Baddoura. Animé par Alain Girard-Daudon. (Entrée : 3€ / Abonnés, étudiants, demandeurs d’emploi : gratuit)
Dimanche 12 octobre 15h00 | au Cinématographe Projection du film Gare de Jade, de Yu Jian, et entretien avec l’auteur, Li Jinjia (traducteur) et Claude Mouchard, animé par Alain Nicolas. (Entrée : 5€ / Abonnés, étudiants, enfants, demandeurs d’emploi, Carts, Carte blanche : 3€)
Samedi 11 octobre | de midi à minuit | gratuit
11h00 | Les Bien-aimés. Lecture de Films en prose, de Jacques Sicard par Gilles Blaise, sur une création vidéo de Thomas Chatard. (Gratuit sur réservation, au 02 85 37 36 01 ou à la librairie Les Bien-aimés) 12h00 | Place Sainte-Croix. Inauguration. 12h30 | Place Sainte-Croix. Lecture-concert de Claude Favre et François Corneloup 14h00 | Le Cercle rouge. Performance d’Anne-Laure Pigache. 14h45 | Passage Sainte-Croix. Lecture de Marie Borel. 15h30 | Galerie de l’école des Beaux-Arts. Lecture-projection de François Matton. 16h15 | Place Sainte-Croix. Performance sonore de Charles Robinson. 17h00 | Le Cercle rouge. Performance de Mathias Richard. 17h45 | Galerie de l’école des Beaux-Arts. Projection commentée de Alphabet, de et avec Philippe Jaffeux. 18h30 | Passage Sainte-Croix. Performance poétique dePatrick Beurard Valdoye. 19h15 | Place Sainte-Croix. Performance musicale d’Anne Waldman et Will Guthrie. 20h00 | Les Bien-aimés. Entretien avec Jacques Sicard. 21h00 | Cité des Voyageurs. Lecture bilingue de Yu Jian (salle d’exposition). 21h45 | Place Sainte-Croix. Lecture-concert de Samuel Rochery et Cyril Secq. 22h30 | Passage Sainte-Croix. Lecture de Fabienne Raphoz. 23h15 | Galerie de l’école des Beaux-Arts.Stéphane Batsal : projection de vidéos et lecture par Fabienne Rocher et Véronique Rengeard (comédiennes). 00h00 | Galerie de l’école des Beaux-Arts. Bœuf poétique et musical, rencontres impromptues
Et aussi
De midi à minuit | Émission en direct sur Jet FM 91.2 De 11h à 22h | Les Bien-aimés. Présentation et vente de livres des éditions La Barque. De 12h à 22h | Cité des Voyageurs. Présence deséditions Héros-limite : livres et « Pavillon d’écoute », création sonore dans la cave voûtée. De 15h à 18h | Passage Sainte-Croix. Présence des éditions Plaine Page : livres et « Cabines phoniques », installation-atelier pour les enfants. De 14h à 18h | La Maison de la Poésie ouvre les portes de sa bibliothèque.
Du 3 au 12 octobre : Création textes et dessins de François Matton dans l’espace public et aux Galeries Lafayette.

Publicités

4 réponses à “MidiMinuitPoésie #14

  1. Pingback: Charles Robinson fomente, projette, agit. (Vous aurez été prévenus.) | Matériau composite

  2. Pingback: François Matton, vite et lent | Matériau composite

  3. Pingback: Charles Robinson fomente, projette, agit. (Vous aurez été prévenus.) | Matériau composite

  4. Pingback: François Matton, vite et lent | Matériau composite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s