EFFRACTIONS – réel / fiction | Du 27 février au 1er mars 2020 // Paris

EFFRACTIONS – réel / fiction Le festival de littérature contemporaine de la Bpi / Du 27 février au 1er mars 2020 // Paris Rencontres, tables rondes, dédicaces, lectures, performances, ateliers d’écriture, prix littéraire. Forum -1 du Centre Pompidou et bibliothèque Depuis cet automne, je suis le conseiller littéraire de ce nouveau rendez-vous, qui m'a fort … Lire la suite EFFRACTIONS – réel / fiction | Du 27 février au 1er mars 2020 // Paris

La sérendipité c’est avoir la vie devant soi (texte de soutien à la librairie nantaise de Charlotte Desmousseaux)

Charlotte c'est une amie, mon amie libraire, on a galéré ensemble (passer l'hiver 2013-2014 en se serrant les coudes, il fallait), on s'enthousiasme en on se chamaille comme frères et sœurs (alors qu'on se connaît depuis pas tout à fait 5 ans), on bosse en fraternité et intelligence (et complémentarité, je pense notamment au travail … Lire la suite La sérendipité c’est avoir la vie devant soi (texte de soutien à la librairie nantaise de Charlotte Desmousseaux)

Nous y sommes (extrait du chantier Climax  Instin)

Climax, une fiction, encore ? ( Le Nouvel Attila, octobre 2015), paraît en même temps que Général Instin, une anthologie, chez le même magnifique éditeur (Le nouvel attila). (J'en parle en détail plus bas). Dans les deux livres j'ai apporté des - textes ?, oui, pour l'anthologie, mais  dans Climax, fiction collective, rien n'est certain,  … Lire la suite Nous y sommes (extrait du chantier Climax  Instin)

Avance (extrait du chantier Climax  Instin)

Climax, une fiction, encore ? ( Le Nouvel Attila, octobre 2015), paraît en même temps que Général Instin, une anthologie, chez le même magnifique éditeur (Le nouvel attila). (J'en parle en détail plus bas). Pour les les deux livres j'ai écrit des - textes ?, oui, pour l'anthologie, mais  dans Climax, fiction collective, rien n'est … Lire la suite Avance (extrait du chantier Climax  Instin)

Sarajevo-Beyrouth, lignes de fuite (avec photos d’ Alexandre Chevallier)

Sarajevo-Beyrouth, lignes de fuite (textes sur des photos d’ Alexandre ChevallieR, parus dans la revue Eponyme n°4 (2007)) ---------------- À l'occasion de la réédition chez publie.net - enfin en format epub - de Sarajevo, lignes de fuite, livre écrit sur des photos d'Alexandre Chevallier, republication ici même du texte dérivé, ou remixé, de celui-ci, hybridation … Lire la suite Sarajevo-Beyrouth, lignes de fuite (avec photos d’ Alexandre Chevallier)

Trente-neuf | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Presque tout

Un ami me demande de faire une liste, l'invitation tombe bien me dis-je, car j’aime les listes, je suis croyant pratiquant & prosélyte, je liste & fais écrire des listes, dans mes ateliers, la liste énoncé-je inlassable, c’est un pré-texte, un avant-texte, & c'est surtout déjà du texte, c'est du texte intensément réflexif, du texte … Lire la suite Trente-neuf | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Presque tout

Tout m’est permis, épisode #4

(Lire l’épisode 3)   (Reprendre au début) J’ai des alliés. Leur nombre est variable, et nos alliances jouent des circonstances, lesquelles circonstances sont elles-mêmes changeantes, dépendant de multiples facteurs : du temps qu’il fait dehors, de la saison, des rapports entre le temps qu’il fait dehors et la saison ; de l’heure qu’il est dehors, des … Lire la suite Tout m’est permis, épisode #4

Tout m’est permis, épisode #3

(Lire l’épisode 2.2)   (Reprendre au début) 6 heures et suite, par froide matinée d’hiver. C’est lundi je me lève je ne travaille pas. Ce lundi je ne travaille pas je me lève. Ce lundi dès 6 heures je me lève je ne travaille pas, je me lève car je dois. J’attends depuis longtemps je dois. … Lire la suite Tout m’est permis, épisode #3

Tout m’est permis, épisode #2.2

(Lire l’épisode 2.1)   (Reprendre au début) Il vient l’air frais le voilà, récompense pour la peine investie, ça y est c’est fait on est passé, c’est soulageant c’est comme en course à pied, après l’effort grand réconfort, quand enfin la chimie intérieure nous envole et qu'on déroule allègre, respirer des mollets, f l u i … Lire la suite Tout m’est permis, épisode #2.2

Trente-huit | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Accueillir

Ces derniers mois & ceux à venir, récurrence d'interventions en binôme avec Yann Dissez, modules de formation (comme cette série avec le CRL Pays de La Loire) ou format conférence (improvisation sur un synopsis co-écrit, distribution ouverte des rôles) à destination des médiateurs ; laissant la main à Yann, bien plus expert en cette partie, … Lire la suite Trente-huit | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Accueillir

Le pouce levé en bon camarade quand même

Les Circonstances  Milieu de seconde mi-temps du match de poule de Champions League opposant Lyon à Barcelone, mardi novembre 2007, alors que les temps sont durs pour une équipe de Lyon à bout de forces et menée 2 à 1, qu’il s’agit du moment où tout en chacun cède mais quand rien ne doit céder, … Lire la suite Le pouce levé en bon camarade quand même

Trente-Sept | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Remercier

« On ne pensait pas être capable d'écrire ça », « On ne savait pas que l'écriture pouvait être un outil de pensée » : propos rapportés par celle qui m'a invité il y a peu à animer un atelier d'écriture pour des étudiants. C'est important, ce qu'ils en disent, c'est important de l'entendre, y … Lire la suite Trente-Sept | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Remercier

Tout m’est permis, épisode #2.1

(lire l'épisode 1.3) Matin de mai, il est dix heures 35 en 2004 Temps clair ciel dégagé, nous roulons et roulons bien, en approche de périphérique, je suis aux commandes et m’y trouve à mon aise, à croire que conduire est possible, à en croire même que c'est parti, on dit comme ça, c'est parti, … Lire la suite Tout m’est permis, épisode #2.1

J’habite zinedinezidane

(texte initialement paru dans la revue Geste n° 5, automne 2008) J’habite zinedinezidane 1. Moi n’est qu’une position d’équilibre (Henri Michaux, in postface de Plume, collection Poésie- Gallimard). 2. Pendant la même semaine d’avril 2008, je suis resté suspendu face à l’image animée du footballeur Zidane, filmée par Gordon et Parreno dans le judicieusement nommé … Lire la suite J’habite zinedinezidane

Trente-Six | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Habiter

Rassemblé enfin constater, sur soi, les effets de ce dont on préjuge, ou qu’on observe, attentivement, chez d’autres, qu’on écoute avec attention & parfois même analyse, les éprouver fort et doux. Rassemblé donc me voici ici, & la métaphore figurée lieu commun s’avère soudain hyper opérante : un site à soi c’est a minima une chambre, … Lire la suite Trente-Six | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Habiter

Tout m’est permis épisode 1.3

(lire l'épisode 1.2) Je passe mon permis de conduire, j’apprends – je n’apprends pas tant à conduire, qu’à passer mon permis de conduire. Mais je ne sais pas apprendre, qui saurait ? Apprendre ne s’apprend pas, me dis-je, mais ce n’est pas le moment. Le moment est à continuer de se taire, attendre. Une chose … Lire la suite Tout m’est permis épisode 1.3

Tout m’est permis, épisode #1.2

(lire l'épisode 1.1) Notre attente en partage, fait : quelque chose entre nous de commun. Je dois comme lui, je dois tout comme lui. Comme lui. Comme lui, corps et postures et virilité à mon rôle adaptés, attend. Comme lui attend, j'attends. Comme lui comme eux comme tous. Ils sont chaussés de baskets, toujours, baskets ou … Lire la suite Tout m’est permis, épisode #1.2

Tout m’est permis, épisode #1.1

Un matin de mars, il est neuf heures, en 2001 Les politesses de rigueur sitôt expédiées, sans manières ni équité (il fait Jour je fais Lu, ou l’inverse – plutôt l’inverse, timide en mes petits grands souliers flasques), le style c’est faisons fi du protocole, un rapport sans façons ajoutées, nous nous tenons tous deux … Lire la suite Tout m’est permis, épisode #1.1

Trente-Cinq | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : (Se) rassembler

C'est monté, une vapeur un jet, à l'orée de cet été qui n'en finissait pas de ne pas arriver, un truc à faire, il y avait à : se rassembler, & ralentir, parce que & pour (se rassembler) : il y avait aussi, ralentir, dans ces parages, désir de ralentir. Non pas besoin que ça … Lire la suite Trente-Cinq | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : (Se) rassembler