Produire du temps | Maylis de Kerangal, Un monde à portée de mains (Verticales-Gallimard, août 2018)

«Je croyais que tu voulais être peintre. Paula sursaute : je veux peindre, c'est tout. » Ce roman de Maylis de Kerangal, c'est l'histoire de Paula Karst et de ses deux compagnons de route, Kate et Jonas, lors et depuis leur année d'apprentissage en commun à l'Institut de peinture de Bruxelles (haut lieu, très renommé, « la seule école au monde à enseigner depuis 1882 les techniques traditionnelles de la peinture décorative. », est-il écrit sur leur site) ; c'est aussi l'histoire de cet apprentissage technique (on sait déjà la passion fertile entretenue par De Kerangal avec les techniques de travail les plus variées, de l'architecture à la chirurgie) et ce qu'il produit : un lien, des trajets, individuels et reliés, un début de vie professionnelle (et amoureuse, mais là, ainsi qu'on dit sur les réseaux, c'est compliqué) ; c'est enfin l'histoire de ce travail (des jobs, enchaînés ; une vocation, nébuleuse, entrelacée ; des ouvrages, variés, soignés, méticuleusement décrits).

Publicités

Avrillectures – 13 livres en image, extrait, et note de lecture

Avril lectures – 13 livres en image, extrait, et note de lecture (avec Valérie Cibot, Nathalie Quintane, Huch Josten, Camille de Toledo, Audrey Poussier, Sylvain Prudhomme, Nicolas Richard, Eric Plamondon, Charles Robinson (et Xavier Mussat), Marina Skalova, Sandra Lucbert, Xavier Person, Jean-Pierre Suaudeau) (des livres parus chez Inculte, P.O.L, Grasset, L'école des loisirs, L'arbalète, Quidam, … Lire la suite Avrillectures – 13 livres en image, extrait, et note de lecture

Ne jamais finir d’accueillir : Ryoko Sekiguchi, hôte de l’autre.

(à propos de Dîner Fantasma, éditions Manuella, 2016 (paru dans (dans le Cahier du refuge n°259 ); suivi d'un entretien (paru dans CCP n°33 de mars 2017))   Ne jamais finir d’accueillir : Ryoko Sekiguchi, hôte de l’autre. Ryoko Sekiguchi est une poète japonaise, qui vit en France depuis une vingtaine d’années, dont l’écriture a peu … Lire la suite Ne jamais finir d’accueillir : Ryoko Sekiguchi, hôte de l’autre.

Station de vacance et art de l’enfance | Christian Garcin, Les oiseaux morts de l’Amérique (Actes Sud, janvier 2018)

«  – Je sais pas trop, hésita Myers. Des fois il me semble que le temps n'existe pas vraiment. Que tout a déjà été vécu, le futur comme le passé. Non ? Mc Mulligan hocha la tête. –Comprends pas. –C'est difficile à expliquer. Ça t'arrive jamais, toi ? La sensation qu'on a déjà tout vécu. Que la … Lire la suite Station de vacance et art de l’enfance | Christian Garcin, Les oiseaux morts de l’Amérique (Actes Sud, janvier 2018)

Vivre, et comment | Bertrand Schefer, Martin (éditions P.O.L, janvier 2016)

Vivre, et comment (à propos de Bertrand Schefer, Martin (éditions P.O.L, janvier 2016)) Ce texte d’analyse du magnifique et troublant Martin , livre de Bertrand Schefer paru début 2016 chez P.O.L , dépend d’un contexte de commande spécifique émanant de Ciclic : celui de l’opération Lycéens, apprentis, livres et auteurs d’aujourd’hui : sélection 2017-2018 : … Lire la suite Vivre, et comment | Bertrand Schefer, Martin (éditions P.O.L, janvier 2016)

L’absence au travail (autour des romans de Julien Bouissoux, Emmanuelle Lambert et Emmanuel Vilin ) | janvier 2018

Julien Bouissoux, Janvier (éditions de l'Olivier, janvier 2018) / Emmanuelle Lambert, La désertion (éditions Stock, janvier 2018) / Emmanuel Vilin, Microfilm (éditions Asphalte, janvier 2018) L'absence au travail Des plusieurs dizaines, voire centaines, de romans qui s'agrègent en quelques semaines, début janvier, on ne saurait de seulement trois d'entre eux tirer une tendance générale (moins … Lire la suite L’absence au travail (autour des romans de Julien Bouissoux, Emmanuelle Lambert et Emmanuel Vilin ) | janvier 2018

« Il n’y a rien ici ou presque mais il faut pourtant en dire quelque chose » | Pierre Ducrozet, L’invention des corps, Actes Sud, août 2017

Tout est là d'entrée dans le ce livre, posé ou plutôt comme jeté sur la page (je dis bien comme, quand c'est en fait tout sauf vite fait — il faut on le sait un long et lent travail pour produire effectivement cette sensation de vitesse), tout est là d'entrée de jeu, dès ce premier paragraphe, dès l'incipit. « Il n'y a rien ici ou presque mais il faut pourtant en dire quelque chose »

Une rentrée dessinée (dessins de Sébastien Vassant, d’après des livres de T.de Fombelle, J. Deck, B. Giraud, V. Pouchet)

A Sébastien Vassant, auteur dessinateur de bd notamment documentaires, dont on sait le talent (et pour celles et ceux qui voudraient réécouter ce podcast, la douceur et la pertinence), j'ai proposé ceci : de lui donner à lire les livres des quatre auteurs « de la rentrée » invités le samedi (Timothée de Fombelle, Julia Deck, Brigitte Giraud et Victor Pouchet), pour que lui nous donne en retour sa lecture, en image, de ces livres. Une adaptation libre de sa capacité documentaire, en somme, un exercice critique original – et inédit – qui prit la forme suivante : les quatre planches furent réalisées in situ (après préparation), et projetées live dans l'Abbatiale pendant l'après-midi, puis dans notre dos durant l'échange final que nous eûmes, avec les quatre auteurs. Ces dessins sont beaux, et ils disent quelque chose de fort de chacun de ces livres, de fort et d'inattendu. Découvrez-les ci-dessous (avec quelques mots de ma part sur l'œuvre dont ils se sont fait l'écho).

Frédéric Boyer, l’enfance au devant de nous

(Texte paru dans Gare maritime 201, en juin 2017) « La seule position morale, c’est celle qui ac­cueille les questions, les problèmes », affirmait Frédéric Boyer lors de notre entretien au lieu unique ce soir-là, à propos de son implacable et vibrant Quelle terreur en nous ne veut pas finir, petit livre s’emparant d’une « question d’actua­lité » (celle des migrants et de leur accueil — ou plutôt non-accueil), pour la faire résonner, vibrer, puis grandir en nous, par les moyens qui sont les siens : ceux d’un extrême soin apporté aux mots, à leur choix, d’un désir moral de précision la plus grande dans l’usage de la langue, qui ainsi grandit, dans et par, cette économie de la langue.

Faire de cet hyperréel qu’il scrute, une forme d’hyperfiction | Eric Arlix, Golden Hello, éditions Jou, octobre 2017.

Golden hello, donc : une prime de bienvenue, comme le pendant initial du « golden parachute » offert au départ des golden boys. Golden Hello continue son attaque, sa corrosion par le langage, des normes et usages, explicites et implicites, de notre monde contemporain.

Eric Chauvier, entretien (mars 2017) | « Le texte doit toujours explorer les interstices de la vie sociale ; le non-éligible, le non-dicible, le presque visible »

Lecteur de fond, c’est une des rubriques de la revue en ligne mobilisons, rhizome essentiel de l’action et du site de Mobilis. Pour la revue, j’ai eu cette année le plaisir de proposer et réaliser un entretien avec Eric Chauvier, dont il a plus d’une fois été question sur ce site – deux podcasts notamment … Lire la suite Eric Chauvier, entretien (mars 2017) | « Le texte doit toujours explorer les interstices de la vie sociale ; le non-éligible, le non-dicible, le presque visible »

Le to be continued en appel au vivant | Camille de Toledo, « Le livre de la faim et de la soif », Gallimard, février 2017

« Je dois revenir, s’exclame le livre en s’ouvrant, nulle part, ici, en me tombant des mains. Non pas à l’origine, poursuit-il, car je l’ai beau chercher, je ne la trouve pas, mais avant, dans le creux incandescent de l’informe, entre le créateur, c’est-à-dire son siège, et la créature, ou plutôt sa plaisanterie – Mais … Lire la suite Le to be continued en appel au vivant | Camille de Toledo, « Le livre de la faim et de la soif », Gallimard, février 2017

Elitza Gueorguieva, Nina Yargekov, Deux ordonnées hors de l’ordinaire

Ci-dessous, ce texte de présentation avant la rencontre (évoquée ici), organisée avec et pour la Maison de la poésie de Nantes, au lieu unique, jeudi 9 février 2017. Le podcast de nos entretiens est à venir dans quelques jours, et des moments des lectures seront eux à visionner sur le site tout neuf de la … Lire la suite Elitza Gueorguieva, Nina Yargekov, Deux ordonnées hors de l’ordinaire

« Les heures les heures les heures s’ajoutent aux heures aux heures aux heures. » | Pär Thorn, Le chronométreur, éditions Quidam,

(64) « Au milieu d’une séquence de travail où je mesure à quelle vitesse un employé visse une vis dans le produit et, pour ce faire, le retourne, ma montre cesse de fonctionner. Je fais comme Hedåker m’a dit, je garde mon calme et sors ma montre de rechange. Mais après seulement quelques minutes, la montre … Lire la suite « Les heures les heures les heures s’ajoutent aux heures aux heures aux heures. » | Pär Thorn, Le chronométreur, éditions Quidam,

À propos de Julien d’Abrigeon | de tapin et de Sombre aux abords (Quidam, 2016) (présentations au festival Midi-Minuit 2016)

Ces deux textes ont été lus durant l'édition 16 du festival Midi-Minuit poésie, Julien d'Abrigeon et Tapin au carré avant la présentation dudit site tapin2 par son auteur (samedi 10 décembre 2016, 14h, Lieu Unique), « Le Bronx dans le massif central, le bordel dans les creux, massif et décentré » avant la magnifique performance … Lire la suite À propos de Julien d’Abrigeon | de tapin et de Sombre aux abords (Quidam, 2016) (présentations au festival Midi-Minuit 2016)

Eric Vuillard, 14 Juillet, éditions Actes Sud, août 2016 | podcast

(photos vuillard-eric_c_melania-avanzato / vents d'ouest par adrien meignan) Une rencontre à la librairie Vent d’Ouest, Nantes, jeudi 20 octobre 2016 | podcast Rencontre à propos de 14 Juillet, éditions Actes Sud, août 2016 «Ecrire est une activité sociale. Un peu étrange, certes, mais peut-être pas autant qu’on veut le croire. D’ailleurs, on le croit de … Lire la suite Eric Vuillard, 14 Juillet, éditions Actes Sud, août 2016 | podcast

Il faut parfois tendre un peu l’oreille (Marie Chartres, Florence Seyvos et Martin Page à Chateaubriant / Octobre 2016, podcast)

Il faut parfois tendre un peu l'oreille (Marie Chartres, Florence SeyvoS, Martin Page, médiathèque de Chateaubriant  / Octobre 2016, podcast) (Entretien avec Guénaël Boutouillet) Il faut parfois tendre un peu l'oreille, oui, car l'enregistrement laisse un peu à désirer – veuillez m'en excuser et monter un peu le volume ou écouter au casque, vous ne … Lire la suite Il faut parfois tendre un peu l’oreille (Marie Chartres, Florence Seyvos et Martin Page à Chateaubriant / Octobre 2016, podcast)

Alexandre Seurat, L’administrateur provisoire, éditions du Rouergue, août 2016 | podcast

Une rencontre à la librairie Vent d’Ouest, Nantes, vendredi 23 septembre 20156  | podcast Rencontre à propos de L’administrateur provisoire  (ed.La Brune au Rouergue, août 2016). Né en 1979, Alexandre Seurat est professeur de lettres à Angers. Il a publié deux livres aux éditions du Rouergue : La Maladroite (août 2015), premier roman très remarqué, inspiré … Lire la suite Alexandre Seurat, L’administrateur provisoire, éditions du Rouergue, août 2016 | podcast

Eric Chauvier, Les nouvelles métropoles du désir (Allia, septembre 2016) | podcast

Rencontre à propos des "nouvelles métropoles du désir" (Allia, août 2016), et présentation de la rentrée des éditions Allia, et de son catalogue singulier, par Danielle Orhan. Play it   https://www.mixcloud.com/widget/iframe/?feed=https%3A%2F%2Fwww.mixcloud.com%2Fgu%25C3%25A9na%25C3%25ABl-boutouillet%2Frencontre-avec-eric-chauvier-et-les-%25C3%25A9ditions-allia-vents-douest-septembre-2016%2F&hide_cover=1&mini=1&light=1 Eric Chauvier, né en 1971, est anthropologue et écrivain. Son parcours d’auteur se situe à la croisée de la littérature et des sciences humaines : … Lire la suite Eric Chauvier, Les nouvelles métropoles du désir (Allia, septembre 2016) | podcast

« Il se dit que la lumière pouvait venir simultanément de l’intérieur et de l’extérieur. » | Emmanuel Moses, Le compagnon des chacals, Galaade, mai 2016

« Soudain, il en eut assez, de ce récit, du patron désagréable qui lui lançait des regards interrogateurs à présent que son verre était vide, de l’odeur écoeurante de la saucisse. Non, décidément, la lumière ne venait pas de l’intérieur. Il fourragea dans le fond de sa poche, en sortit un billet et quitta le café … Lire la suite « Il se dit que la lumière pouvait venir simultanément de l’intérieur et de l’extérieur. » | Emmanuel Moses, Le compagnon des chacals, Galaade, mai 2016

(Podcasts) Kris et Sébastien Vassant, de la bd documentaire (avril 2016)

(Podcasts) Kris et Sébastien Vassant, de la bd documentaire et de ce qu’elle permet et produit (Rencontres autour de la revue dessinée et de leur œuvre respective, avril 2016) Rencontre avec Kris et Sébastien Vassant ½ (Saint-Jean de Monts, avril 2016) Discussion autour de la BD de reportage de la Revue Dessinée (magazine trimestriel de … Lire la suite (Podcasts) Kris et Sébastien Vassant, de la bd documentaire (avril 2016)

Fabrication de la guerre civile, Charles Robinson (Fictions et Cie, 2016) | rencontre à Vents d’Ouest, Nantes | podcast

"Située dans une ville nouvelle, en région parisienne, la Cité des Pigeonniers abrite 322 appartements, 1.200 habitants. Habitée d’histoires de famille, d’amitiés et d’amours, de djobeurs exploités, de réussites qui font chaud au cœur, de colères ravageuses, de mômes qui dansent dans la lumière néon, de barbecues sur les toits des immeubles, la Cité des … Lire la suite Fabrication de la guerre civile, Charles Robinson (Fictions et Cie, 2016) | rencontre à Vents d’Ouest, Nantes | podcast

Mourir et puis sauter sur son cheval (David Bosc, Verdier, janvier 2016) | rencontre à Vents d’Ouest, Nantes | podcast

  Mourir et puis sauter sur son cheval (Verdier, janvier 2016), est le quatrième livre de David Bosc, son deuxième chez Verdier (après A la claire fontaine en 2013, journal fictif des derniers jours de Gustave Courbet), après des débuts chez l’excellente maison Allia (deux romans, Sang lié et Milo), et ce livre, c’est peu … Lire la suite Mourir et puis sauter sur son cheval (David Bosc, Verdier, janvier 2016) | rencontre à Vents d’Ouest, Nantes | podcast

« L’écriture, pour moi, naît d’un trouble du langage » (Agnès Desarthe, entretiens, audio et vidéo, février 2016)

« Même quand vous vous exprimez bien, la personne, en face, ne comprend rien. La parole, ça marche quand même très, très, mal – ça va à peu près, pour aller chez l’épicier, acheter des tomates, et encore, même là… - je me souviens très bien de ma déception, enfant, au moment de l’acquisition du … Lire la suite « L’écriture, pour moi, naît d’un trouble du langage » (Agnès Desarthe, entretiens, audio et vidéo, février 2016)

Vincent Message, entretien | Vents d’Ouest, février 2016 | podcast

Défaite des maîtres et des possesseurs, paru en janvier 2016 aux éditions du Seuil, est une fable philosophique. (cliquez sur l'image ci-dessous pour lancer le podcast) Avec Vincent Message, ce soir-là chez Vents d’Ouest, nous en avons longuement parlé, de Défaite des maîtres et des possesseurs. Car ce livre réussit plusieurs paris risqués : de … Lire la suite Vincent Message, entretien | Vents d’Ouest, février 2016 | podcast

Emmanuelle Pireyre et Gilles Weinzaepflen (Toog) – du bricolage existentiel.

(Texte lu avant la lecture des deux auteurs lors de Autrement le monde, événement organisé par La Maison de la poésie de Nantes au Lieu unique, samedi 28 novembre 2015). (à paraître dans Gare maritime 2016, en juin 2016) —– Emmanuelle Pireyre et Gilles Weinzaepflen (Toog) – du bricolage existentiel.   Bricolage : ainsi présenté, ça … Lire la suite Emmanuelle Pireyre et Gilles Weinzaepflen (Toog) – du bricolage existentiel.

Dominique Quelen, mille et un coups de -dé

(Texte lu avant la lecture de Dominique Quelen avec Stéphane Fromentin à Midi Minuit poésie 15ème édition, octobre 2015 à Nantes.) (à paraître dans Gare maritime 2016, en juin 2016) —– Dominique Quelen, mille et un coups de -dé « Comme beaucoup, j’écris pour combler un manque ou plus exactement une perte, tout en étant … Lire la suite Dominique Quelen, mille et un coups de -dé

Changer d’air, de Marion Guillot (éditions de Minuit, 2015)

(Chronique initialement parue dans le magazine mobiLISONS, septembre 2015) Quand Marion Guillot, jeune auteure nantaise, publie Changer d’air, son premier roman, aux éditions de Minuit, dont on sait l’exigence et la relative rareté (en terme de primo-romanciers, Minuit ne mise pas sur la quantité, mais assurément sur la qualité), on y jette plus qu’un œil, … Lire la suite Changer d’air, de Marion Guillot (éditions de Minuit, 2015)

Juan Fortuna, de Jean-Philippe Rossignol (éditions Bourgois, septembre 2015)

(Chronique initialement parue dans le magazine mobiLISONS, septembre 2015) « Le tremblement de terre porte un nom. Juan Fortuna. Un mètre quatre-vingt, séduisant, des yeux qui ne dorment jamais. Juan est mon frère. » Ainsi commence ce court et lumineux roman, par un tremblement de terre – c’est-à-dire, littéralement, une fissure, une large et brutale … Lire la suite Juan Fortuna, de Jean-Philippe Rossignol (éditions Bourgois, septembre 2015)

Brigitte Giraud, Nous serons des héros, Stock, août 2015

« J’ai annoncé la nouvelle à Ahmed, qui siffla un grand coup et dit qu’une révolution avec des fleurs, c’était un truc de filles. Il ne comprenait pas plus que moi de quoi il s’agissait. J’ai quand même dit pour mon père, c’était la seule chose qui m’intéressait. J’avais fini par comprendre qu’il était mort … Lire la suite Brigitte Giraud, Nous serons des héros, Stock, août 2015

Christophe Manon, Extrêmes et lumineux, éditions Verdier, août 2015

«(…) prochant prudemment de son passé tel un archéologue qui fouille et retourne la terre à la recherche de vestiges ou de menus indices, interrogeant dans un ressassement insensé les couches superposées du temps afin de remonter à sa surface d’infimes trésors ou de petites reliques privées qui n’ont de valeur significative que pour celui … Lire la suite Christophe Manon, Extrêmes et lumineux, éditions Verdier, août 2015

Rencontre avec Martin Page, Saint-Jean-de-Monts, samedi 8 avril 2015 (vidéo)

[Rencontre avec Martin Page, café littéraire, Espace culturel de Saint-Jean-de-Monts, samedi 8 avril 2015] De Martin Page j'ai eu plusieurs fois l'occasion de parler par ici, comme du grand "fictionneur" qu'il est, passé maître en détournement de zombies - mais le maître en fiction sait d'en servir pour des choses à propos du monde réel, … Lire la suite Rencontre avec Martin Page, Saint-Jean-de-Monts, samedi 8 avril 2015 (vidéo)

La moindre des choses, du collectif MTx (éditions Bardane, 2015)

(Chronique initialement parue dans le magazine mobiLISONS, juin 2015) Une belle manufacture du texte, des objets, d'art - en partage.  Des blocs de mousse, un briquet ou un câble péritel : autant de déchets anecdotiques et polluants, dont l’intérêt peut devenir considérable, dès lors qu’ils sont considérés – c’est à ce travail de questionnement et … Lire la suite La moindre des choses, du collectif MTx (éditions Bardane, 2015)

Amaury Da Cunha, Fond de l’œil (éditions du Rouergue, collection la brune, mai 2015)

« La photographie envahissante  La photographie me touche, m’obsède, m’agace – elle est devenue tout à fait envahissante sur plusieurs fronts : elle me fait gagner ma vie (je suis dénicheur de clichés pour un quotidien) et elle rend aussi mon existence supportable grâce aux photographies que je prends en marge des journées de travail. Comment … Lire la suite Amaury Da Cunha, Fond de l’œil (éditions du Rouergue, collection la brune, mai 2015)

L’immeuble qui avait le vertige, de Coline Pierré (éditions du Rouergue, 2015)

(Chronique initialement parue dans le magazine mobiLISONS, juillet 2015) Un ouvrage jeunesse qui, comme les meilleurs du genre, allie une idée folle et une profondeur d’analyse des plus enviables. Un immeuble qui aurait le vertige ? C’est une image, une métaphore ? Oui - et puis non, tout autant. Il est permis de l’entendre au … Lire la suite L’immeuble qui avait le vertige, de Coline Pierré (éditions du Rouergue, 2015)

Raymond Penblanc, Phénix (Christophe Lucquin éditeur, 2015)

« La nuit est comme la neige, faussement silencieuse, on dirait que le noir et le blanc sont pareillement traversés d’un fin réseau de veinules et de nerfs, et que tout ça se froisse d’un rien. La nuit est invisible. Ce qu’on ne peut saisir avec la main on ne peut s’en emparer non plus … Lire la suite Raymond Penblanc, Phénix (Christophe Lucquin éditeur, 2015)

Puissances de la fiction : Arno Bertina, J’ai appris à ne pas rire du démon, éditions Helium / Des lions comme des danseuses, éditions La Contre-allée, 2015

« Puis tout le monde était furieux donc personne ne pouvait s’en rendre compte, et nommer la chose, mais voilà : l’Europe était en train de devenir gratuite. Un cercle vertueux était enclenché qui pourrait amener les chefs à débarrasser leur propre culture de toutes les traces de la rapacité européenne. Si l’Europe devenait gratuite, … Lire la suite Puissances de la fiction : Arno Bertina, J’ai appris à ne pas rire du démon, éditions Helium / Des lions comme des danseuses, éditions La Contre-allée, 2015