Archives de Tag: conférence

Vingt-deux | sur | quatre-vingt-dix-neuf : Confère

Il y a en ça comme en toute chose un avant, un après. D’avoir parlé de ce qu’il faudrait en entier on n’en rêve pas, nulle envie d’ailleurs d’être entier, d’être rassasié. D’avoir fait tous les liens, glissé habile, passements de portes sans racler rien, du flow à une touche de balle, on en rêve peut-être un rien plus mais sachant bien qu’on rêve, que ce rêve de texte dicté par les sens (par tous les sens, ensemble) et formulé mature, il nous tient à la barre au boulot l’œil avide, rivé sur tous les mots, siens, autres – il demeure un prétexte.

De se dire qu’on a parlé, que ce n’était pas si sot, qu’on a passé les portes, certaines à soi-même essentielles, en raclant certes un peu mais : rien d’impardonnable – on reprend.

Au départ, la question posée par cette journée pro à Rennes me perturbe, communication de la littérature, j’entends Versus : lisant communication, pense « de masse », sors mon gourdin : il y a un inconciliable, là-dedans, il y a conflit dans les termes &

& ce conflit-là m’intéresse.

J’entame. Lis le poème intitulé pour le 19 avril, d’André Markowicz, mis en ligne le matin même, comme chaque semaine, qui se clôt par « il reste leurs / voix éclatées sur la / pierre râpeuse / et la surface lisse de / l’air, élément second. » Je parle de fb, de tw, des statistiques inspectées en aval, de la nécessité pour moi chaque fois relancée de faire entendre cela. Je cite ensuite Kafka, « Un livre doit être la hache qui brise la mer gelée en nous», exergue tatouée sur l’envers de mon front tant je l’ai vu gravée sur le premier remue.net, depuis des années. Parle d’irréductible. & de l’ailleurs absolu que c’est, de l’antithèse du publicitaire & des slogans en viatique : tout cela ne positive pas, décidément pas. Et que la mettre en ligne sert la littérature, en la donnant à lire, publique ; que l’agglomérer constitue ressource (une arme) ; et réservoir pour relancer. Et que là où l’on nous serine nouveauté, rupture, basculement (travaillant la peur pour stimuler les business appariés), j’y vis continuité : continuer de rendre possible l’émergence du texte, encourager à sa lecture, encourager les multitudes de textes, de lectures, & dans la multitude encourager au choix, aider, ouvrir, passer.

Se sentir apaisé, en accord – mais savoir, par avance, qu’on le sera bien moins, & qu’il nous hérissera nous horripilera (ses mots pas où il faut, ses phrases interminées), le type qu’ils ont enregistré.

Plutôt : écrire (continuer. Reprendre.)

Quatre | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Debout.

Cet étrange cap qu’était pour moi de prendre parole en conférencier, tenait pour partie à une question de posture : parler, debout, à une assemblée. Ce qui constitue une rupture par rapport à ma posture standard : face à des gens, mais : assis (en débat public, comme en atelier), debout parfois, mais : pour un instant (de présentation, comme au Pannonica avec la Maison de la poésie ; d’explication via paperboard, en atelier). Parler debout est transitoire dans mes pratiques, s’il y a prise ou affirmation d’autorité je la diffuse horizontale. & durant la conférence même, c’est un autre problème de postures qui se pose : comment parler et cliquer (se baisser) ; comment cliquer pour montrer tout en lisant son texte sur un autre écran (osciller + se baisser) ; puis dans la dernière phase, une fois résolues ces deux questions casse-troncs (merci Isabelle & Sylvie, pour les clics), vient s’ajouter, tiens, qu’on me filme. Qu’il faut se tenir sur une ligne, à peu près immobile – à quoi le corps répond par usure des semelles, les pieds se frottant l’un à l’autre. Ce que ça peut bouger dedans en ces moments de formulation (écrire, lire, dire), je songe, dos moite dans le fauteuil cuir, repensant à la chaleur d’une salle d’atelier, repensant aussi au tourbillonnant Jocelyn Bonnerave, tout-énergie en sa forme & ses phrases, lui qui m’a dit écrire, toujours, toujours : debout.

Deux | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Parole.

79 jours depuis le dernier article en date avant reprise, lequel signalait un premier blanc, une absence. Le signalait et signalait aussi, pour mieux s’excuser, qu’il y aurait conférence « Écrire sur Internet », deux jours plus loin – manière (faussement ?) modeste d’un peu crâner, seul face au miroir/écran : conférence, le mot : Tenir conférence. Parler debout, vous qu’on écoute – moi qui donne la parole & m’en targue, de faire juste passeur. Il y eut une conférence, une autre, & de trois, on y reviendra, mais la première, l’inaugurale, s’est fondée sur cette autorisation-là, s’est bâtie de cette origine, cette question d’énonciation, ce je-là, spéculaire : qu’est-ce qui me fonde, entamais-je, pure question oratoire, à vous tenir ce discours, cette conférence – d’où ça parle, d’où ça procède, d’où ça vient, réponse : écrire + en atelier. Égalité de biais, subsumation plutôt : dans écrire sur Internet, il y a écrire, il y a Internet, & plus loin, digressé, il y a : écrire, en atelier.