Archives de Tag: facebook

Dans la chapelle & dans les flots – (Ecrivains en bord de mer, éditions 2013)

affiche

Ecrivains en bord de mer, éditions 2013

C’est du mercredi 17 au dimanche 21 juillet 2013,

J’y ferai du live twitt et du ménagement communautaire (a.k.a community management in english, mais comme je le ferai en français, je le traduis en français), c’est-à-dire que je serai là pour tout (ou presque) voir, tout (ou presque) entendre, et de le relayer sur le web, via réseaux sociaux – mais aussi, via des outils comme storify ou ce blog, d’en faire le récit, sitôt reconstitué, de réifier chaque soir un peu de ce qui aura pépié dans la journée – corrigeons : de réifier chaque matin de ce qui aura pépié la veille, ambition plus raisonnable, les soirées estivales pouvant être plus longues qu’on l’imagine initialement.

Ce festival, je le connais, pour y avoir, certes, animé déjà des débats (avec Chloé Delaume, Eric Arlix, Charles Robinson…), mais d’abord pour y être venu chaque année depuis des lustres, en ce début d’été, juste avant les vacances, assister à ces échanges, discussions hors de la promo et hors du speed induits naturellement par les festivals « ordinaires »… (alors qu’on ferait bien de continuer de la questionner, cette doxa quantitative, cette nécessité du gigantisme, des événements, par ailleurs, énormité dont chacun, chaque pièce du « dispositif », auteur, public, libraire, pris isolément, se plaint).

Pas ordinaire, effectivement, ce festival : c’est qu’il s’y passe et dit et vit toujours quelque chose, dans la douceur de La Baule (c’est aussi, sans doute, le frais cocon de la Chapelle où tout cela se passe, son effet de contraste avec le plomb du soleil dehors, qui joue ; c’est assurément la qualité de la programmation, son savant équilibre, entre habitués et néophytes, qui tresse des rapports, et fait récit) . Cette mission, qui m’est confiée, cette année, est inédite, en ces termes,  pour moi (ce que j’ai fait pour Livre au Centre ou remue.net sur les dits réseaux depuis ses années ne se concentre jamais dans un espace-temps aussi resserré), comme elle l’est pour Brigitte et Bernard Martin qui m’y convient : le site Ecrivains en Bord de Mer annonce et donne à voir, a posteriori, les captations vidéo (par Joachim Bon) des débats et lectures. Eux-mêmes fréquentent, tous deux, les dits réseaux, et le festival s’y annonce, s’y salue – mais le temps manque, pendant les quelques jours que dure chaque édition, pour l’y donner à ressentir en live. Ce sera ce à quoi je m’emploierai (ce qui me semble signifier, en somme : écouter, voir, noter, noter – un plaisir – puis publier – une habitude, un usage).

Ce temps et son usage auront cette valeur-là, de l’inédit, de l’expérimentation – pas juste de la « nouveauté », bien au contraire : ce n’est pas nouveauté ou gadget, c’est, éprouvé par l’expérience d’une grande richesse de paroles énoncées, (à chaque édition du festival, chaque été), en donner quelque trace effusive, ici, et aussi .(Le hashtag, ou mot-dièse, c’est #EBDM2013 sur twitter , #EBDM2013 sur facebook également).

Faire du flux (de la relation) et du récit (de la relation, rejouée, enjouée).

Et au vu du programme, de la liste des intervenants, ça promet :

(avec Jakuta Alikavazovic, Emmanuelle Bayamack-Tam, François Bon, Stéphane Bouquet, Vincent Broqua, Olivier Brossard, Marie Chaix, Claro, Thalia Field, Christian Garcin, Peter Gizzi,  Laura Kasischke,  Alban Lefranc, Harry Mathews, Christine Montalbetti, Ron Padgett, Martin Richet, Jacques Roubaud, Cole Swensen, Tanguy Viel)

Le site du festival.

Le programme complet

• Mercredi 17 juillet17 h 30
Jacques Roubaud
lecture d’extraits d’
Ode à la ligne 29 des autobus parisiens (Attila)

18 h 30
François Bon
François Bon, en une heure de performance improvisée, rassemble 100 questions sur
À la Recherche du temps perdu.
Son livre Proust est une fiction paraîtra en septembre au Seuil, Fiction & Cie.

20 h 00
inauguration

• jeudi 18 juillet
Des voix singulières

11 h 30
Lecture par
Claro

14 h 30
Rencontre avec
Marie Chaix interrogée par Bernard Martin

15 h 30
Rencontre avec Christine Montalbettiinterrogée par Alain Nicolas

16 h 30
Rencontre avec
Alban Lefranc interrogé par Bernard Martin

17 h 30
Rencontre avec Jakuta Alikavazovic interrogée par Bernard Martin

18 h 30
Rencontre avec Emmanuelle Bayamack-Tam interrogée par Alain Nicolas

19 h 30
Rencontre avec Christian Garcin interrogé par Bernard Martin

20 h 30
Rencontre
Thalia Field/Vincent Broqua animée par Olivier Brossard

• vendredi 19 juillet
« Poésie américaine contemporaine »

11 h 30
Humeurs apéritives de Bernard Martin
Joe Brainard et le Bloody Mary
projection du film de Matt Wolf :
I remember. A film about Joe Brainard (25 minutes)

14 h 30
Conférence
« La poésie américaine » par Stéphane Bouquet

15 h 30
Panorama/lectures bilingues
Entendre les voix des poètes américains

Ron Padgett (lecture en français par Claire Guillot)

Cole Swensen (lecture en français par Vincent Broqua)

Peter Gizzi (lecture en français par Stéphane Bouquet)
chaque lecture est précédée d’une présentation par
Olivier Brossard

17 h 30
Évocation/table ronde
« Nous nous souvenons de Joe et de l’école de New York »
Joe Brainard (1941-1994) est un artiste et écrivain américain proche des poètes de l’École de New York. Son œuvre graphique importante comprend des assemblages, des collages, des dessins et des peintures, ainsi que de nombreuses couvertures de livres et pochettes d’album, décors et costumes de théâtre. En particulier, Brainard a collaboré avec des poètes de l’école de New York comme Ron Padgett, John Ashbery et Ted Berrigan. Il est l’auteur de
I Remember (traduit en français par Marie Chaix et publié chez Actes Sud). C’est Harry Mathews qui fait découvrir l’ouvrage à Georges Perec qui s’inspire du principe d’énumération des souvenirs pour écrire son célèbre Je me souviens. Ron Padgett et Joe Brainard ont partagé leur enfance à Tulsa, Oklahoma puis se sont installés l’un et l’autre à New York. Ils sont restés très proches et ont participé à des publications communes. Après son décès, Ron Padgett lui a consacré un livre de souvenirs Joe : A Memoir Of Joe Brainard et est à l’origine de la publication de The Collected Writings of Joe Brainard à la Library of America en 2012.
avec
Ron Padgett, Harry Mathews, Jacques Roubaud et Marie Chaix
animée par Bernard Martin

18 h 30
Table ronde
« Traduire les poètes »
Martin Richet, Vincent Broqua, Claro,Cole Swensen et Jacques Roubaud
animée par
Olivier Brossard

20 h 00
Performance
« Fassbinderologie Science dure avec effets pratiques »
Julien Lacroix et Alban Lefranc
avec les corps de Fassbinder et Mohamed Ali

• samedi 20 juillet
Le roman américain avec Harry Mathews et Laura Kasischke

11 h 30
Humeurs apéritives de
Gérard Lambert

14 h 30
Conférence
« Ce que j’ai appris de la littérature française en lisant des romans américains » par Tanguy Viel

15 h 30
Laura Kasischke interrogée par Bernard Martin
traduction simultanée par Lucie Lavergne
Une anthologie des textes de Laura Kasischke lue par Sophie Merceron
interventions de
Christian Garcin

17 h 30
Harry Mathews interrogé par Olivier Brossard

19 h 00
Débat
« Qu’est-ce que le Creative Writing ? Par ceux qui le pratiquent »
avec Laura Kasischke, Cole Swensen, Thalia Field et François Bon

20 h 30
Projection de film
La vie devant ses yeux adapté du roman de Laura Kasischke
suivi d’une conversation avec
Laura Kasischke à propos de l’adaptation cinématographique de son livre.
Cinéma le Gulf Stream (entrée payante)

• Dimanche 21 juillet

11 h 30
Rencontre avec
François Bon à propos de publie.net : Premier bilan d’un éditeur numérique

Publicités

Washing machine | une collection dirigée par Hubert Guillaud (publie.net)

washmach4bis

(reprise d’un article initialement paru sur livre au centre le 11 janvier 2012 )

Nouvelle collection chez publie.net

La lecture des quatre premiers titres de Washing Machine nous permet de confirmer cette assertion positive : cette collection va compter. Ces ouvrages sont d’ores et déjà des ressources (autant que des re-lances, de curiosité, de recherche) et la dite collection s’annonce comme étant de chevet (c’est la tablette de lecture qui est de chevet, mais il faudrait ajouter une table de chevet jouxtant les étagères faux bois conforama de la boutique iTunes), pour les curieux de lecture, de numérique, de technologie – et plus simplement, d’analyses et de décryptages des usages de notre monde contemporain.

Washing Machine, c’est avant tout une carte blanche offerte à Hubert Guillaud, dont on sait le travail d’investigation et d’analyse sur son blog la feuille ou sur le site internetactu. Washing Machine – sous ce titre presque inquiétant, de quoi s’agit-il, d’une machine à laver quoi où qui ? À nous délester de nos préjugés, pour l’essentiel – et considérer les mutations sociétales actuelles, et leur lien à la technologie, de façon ouverte, éclairée, militante de l’émancipation humaine et non capitaliste, pourrions-nous ajouter. Militance pragmatique et non sectaire.

Il s’agit pour Hubert Guillaud, dans cette collection, de rééditorialiser des contenus déjà produits par lui-même et d’autres, et de ce fait, accessibles en ligne – ainsi l’explique-t-il sur internetactu :

« Washing Machine” souhaite donner à lire le meilleur du web en les agençant dans un autre format, pour un autre rythme de lecture. Elle se propose d’inverser et ralentir le flux de la publication continue des blogs, pour donner le temps de la réflexion, en rassemblant la quintessence des meilleurs contenus du web sur les sujets des usages et des enjeux des technologies. Elle ne cherche pas à publier des contenus inédits, mais à rendre accessibles autrement nos propos. Les porter au-delà des publics que nous sommes capables d’atteindre. Les propulser au-delà de la logique des flux. Donner à lire nos contenus autrement.»

Ces propos d’intention font métaphore de ce que peut constituer le livre numérique, prolongement d’écrits web plutôt que copier-coller (ou version écran) du livre papier. (En même temps que ces trois livres conservent leur nature web de texte ouvert et lié, emplis qu’ils sont de liens hypertexte). Au-delà de l’intention, qu’en est-il des contenus ? Lecture attentive et compte-rendu des quatre premières parutions :

Est-ce que la technologie sauvera le monde ?, Hubert Guillaud, Rémi Sussan (avec Xavier Delaporte) / Publie.net, 2011. – 169 p. – ISBN : 978-2-81450-504-9.
Le titre aux allures de défi positiviste ou transhumaniste est à prendre, « tout simplement », au pied de la lettre – comme une question posée, pragmatiquement posée, qui ainsi affirme qu’un constat doit être tenu pour acquis : que ce monde, qui nous précède et que nous modifions par nos actes, est en danger. Il y a une terre à entreprendre de sauver, c’est dit ; le risque écologique majeur n’est pas un mythe.
Et, ceci entériné, Hubert Guillaud passe en revue des travaux entrepris dans les domaines des sciences dites “dures” (la physique, la chimie), qui ont en commun de chercher à résoudre par la technologie des problèmes souvent générés par elle (et ce, à l’échelle planétaire). Lisant ce livre, nous voilà d’abord comme nous étions enfant face à Jules Verne : c’est une découverte fascinée, intriguée, pour le lecteur béotien, que celle de ces projets futuristes (par définition) de géo-ingénierie, comme celui de « blanchir » la terre afin de réfléchir les rayons du soleil pour atténuée le réchauffement, ou celui dit « d’aérosols stratosphériques » (projeter du soufre en haute altitude à la façon d’un volcan) : il ne s’agit pas de délires d’apprentis sorciers ou d’illuminés mais d’entreprises de vaste ampleur, estimées, comparées, chiffrées. Ce livre lève le voile sur ces spéculations de technologues, dont il importe que les citoyens s’emparent (et déjà, s’informent). Le point de vue demeure ouvert et analytique : des mythes sont ébréchés, ou sérieusement modérés, comme celui du portable et de son influence positive dans les pays en voie de développement. Guillaud n’est pas dogmatique, et prône un usage raisonné de la technologie, ainsi, citant Kevin Kelly :

« Pour lui, ce que nous apporte avant tout la technologie ne repose pas sur des solutions toutes faites, mais au contraire, sur le fait que la technologie nous pousse toujours à apprendre. La leçon de la technologie ne repose pas dans ce qu’elle permet de faire, mais dans le processus. Dit autrement, il ne faut pas attendre de la technologie qu’elle sauve le monde, mais qu’elle nous apprenne le processus qui nous permettra peut-être de le faire : apprendre à apprendre, remettre en cause nos certitudes… c’est le processus de production et d’appropriation de la technologie qui est certainement plus important que le résultat. »

Et la question provocatrice du titre vaut donc d’être posée – ne serait-ce que pour prendre conscience que certains, à tort ou à raison, y croient mordicus et agissent en conséquence, déifiant une technologie salvatrice et omnipotente – et qu’il importe d’autant plus de la penser et discuter collectivement – sans la fétichiser ni la diaboliser, évidemment.

Comprendre l’innovation sociale / Hubert Guillaud, Publie.net, 2011. – 148 p. – ISBN : 978-2-81450-503-2.
Ce titre porte la collection dans le champ des sciences sociales, incluant usages numériques ou non – mais en connexion avec des modes d’agir et de penser qui sont ceux du 2.0 (dans sa version partageuse) : on s’y attarde sur des questions de vivre-ensemble et de son amélioration, des questions d’usage partagée de la Cité… de Politique donc, au sens premier et efficace du terme. Ce que Hubert Guillaud englobe sous le vocable d’innovation sociale sont des initiatives, locales le plus souvent mais parfois extensives, expérimentales, de résolution de carences ou dysfonctionnements sociaux, par une action en intelligence, à l’écoute des citoyens : résoudre des problèmes pour les gens, mais avec eux et PAR eux, partant de leur constat et les aidant à formuler des solutions puis à les mettre en pratique.

« Le périmètre de l’innovation sociale est à la fois plus vaste et plus précis que celui de la « démocratie participative » à la française, cette dernière concernant surtout le moment de la prise de décision politique : « L’innovation sociale est un mode de pensée qui met l’accent sur la personnalisation et la co-création » (Catherine Fieschi)

Encore une fois, la technologie est envisagée sous un angle non exclusif, elle est questionnée en tant qu’aiguillon, source d’inspiration, générateur et non en tant que solution aux problèmes sociaux. Les expérimentations présentées ici, celles du Nesta ou de la 27ème région, construisent du participatif, ne cherchent pas, comme trop souvent, à l’imposer verticalement : le travail collectif, la communauté ne se décrètent, ne s’imposent évidemment pas en verticalité. L’apport de la technologie dans cette démarche est surtout d’inspiration, de souci d’ergonomie : scruter les usages quotidiens, et les désigner à leurs usagers, qui sont les mieux à même de les comprendre et de les apprendre aux concepteurs et ingénieurs. Pour travailler ensuite ensemble à l’amélioration de leur condition de vie quotidienne. Citons, dans les pas de Guillaud, Charles Leadbeater :

« L’innovation, c’est comment partager de nouvelles idées. C’est de la collaboration que nait l’innovation. L’innovation, ce n’est pas apporter des solutions aux gens, mais plutôt de les aider à créer leurs propres solutions, en en créant le cadre. » Et de reconnaître que « l’innovation est un mot trop compliqué, car il se rapproche trop de la technologie, alors que nous parlons là des gens, de leur vie. »

Un constat qui, même mesuré, vaut par sa force combattive et son optimisme : une démarche citoyenne.

Comprendre Facebook / Hubert Guillaud, Publie.net, 2011. – 79 p. – ISBN : 978-2-81450-505-6. / Un monde de données / Hubert Guillaud publie.net, 2011. – 148 p. – ISBN : 978-2-81450-506-3.
Les deux ouvrages parus ensuite, fin 2011, sont en rapport plus net, plus immédiatement identifiable, avec les travaux “habituels” de Hubert Guillaud et de l’équipe d’Internetactu (ou de l’idée qu’on s’en fait, de la représentation qu’on en a). Comprendre facebook se lira, tiens, en écoutant par exemple Dominique Cardon (qui en a écrit la préface) sur notre blog arteradio, et en écho de ce récent guide signé Olivier Ertzscheid : il s’agit ici d’éclairer sur ce que le phénoménal réseau social (fort de bientôt un milliard d’inscrits) révèle, de nos usages sociaux et de leur mutation; mais aussi de ce qu’il prédit de l’évolution et de ces usages et de l’Internet tel qu’on l’a connu.
Ce petit guide est donc, tout d’abord, déculpabilisant : il dédramatise le flux étourdissant de babillages que semble être ce réseau social, en relégitimant la fonction phatique de ce bavardage ; mais il souligne aussi l’intérêt qu’a ce flux de paroles et d’images, qui font signe, lorsqu’envisagés depuis la sphère des sciences sociales :  et ce, même s’il faut en relativiser l’impact (car, comme le souligne Dominique Cardon : « Il faut savoir raison garder : Sur Facebook, on peut toujours trouver quelque chose pour confirmer qu’on a raison.(…) Le risque est de passer de la sociologie à la « tendançologie », de faire des sites sociaux les boucs-émissaires de nos relations tourmentées et difficiles, parce que les incidents y prennent une inscription qui leur donne une importance qu’ils n’avaient pas nécessairement. « Reste que les réseaux sociaux constituent un corpus d’archives (en temps réel) assez passionnant pour comprendre les mentalités et les pratiques », explique le chercheur. Les sites sociaux permettent d’observer beaucoup de choses, pour autant qu’on se donne les outils et méthodes nécessaires».)
Par ailleurs, facebook, en bouleversant une manière d’ordre dans la circulation des informations, est, de fait, un média social, de la plus exemplaire des façons :

« Pour comprendre ce qu’est un média social, il faut en revenir à ce qu’est un média  « un support de diffusion massive de l’information ». Par essence, le média social est toujours un canal de diffusion massive de l’information qui emprunte exactement tous les supports et formes existants (texte, image, vidéo, audio…). La différence vient peut-être de la nature de l’intermédiaire, comme l’exprime très bien Frédéric Cavazza. Alors que dans les médias traditionnels il y a un émetteur qui diffuse un message unique à destination de cibles, dans les médias sociaux chacun est à la fois diffuseur et cible. »

Stimulante révolution (au sens propre) que cette inversion : mais opérer une révolution, c’est aussi faire un tour complet sur soi : et cette mutation libératoire a son revers, qui est profondément liée aux questions économiques : puisque facebook, comme google, constitue un accès majeur au web, il s’invente au jour le jour de nouvelles monétarisations de cet accès. Et comme Olivier Ertzscheid, plusieurs fois cité ici, le souligne :

« Comme le dit encore Olivier Ertzscheid, c’est peut-être dans nos représentations que le web, vu via Facebook, est porteur d’une rupture radicale. Avec Facebook, le web n’est plus synonyme d’altérité et de décalage. Il n’est plus un lieu d’exploration inépuisable, comme nous avons bien souvent tendance à le croire. Au contraire. Il borne le web que nous fréquentons, qui est toujours plus étroit que nous ne le pensons  nous revenons très souvent sur les mêmes sites. Cela participe certainement de son mûrissement et de son installation comme « média » à part entière. L’internet – et l’internet vu depuis Facebook – échappe de moins en moins à la logique de média social qui le caractérise. »

La dernière partie du livre, consacrée aux API (ou applications, ou “applis”), et à leur règne croissant sur facebook – et ailleurs – semble ouvrir la voir au quatrième opus de cette collection : Un monde de données.
Un Monde de données est un ouvrage essentiel, semblant déjà capitaliser les pistes ouvertes dans les trois précédents pour les faire fructifier. Partant de l’avènement, depuis 2004, par le web 2.0, d’un immense champ de données renseignées par nous, citoyens, sur nos blogs, nos comptes d’images, nos profils, nos informations déversées sur les réseaux sociaux ; il commence par poser et définir aussi clairement que possible plusieurs concepts majeurs, discutés, et liés : web au carré (ou web 3.0) internet des objets, web sémantique, web implicite… et big data. Et s’inspirant d’un exemple d’avancée fameux dans l’histoire des sciences, celui de la découverte des « animalcules » par  Leewenhoek en regardant dans son microscope un peu plus précis que le modèle précédent, affirme ceci :

« Les avancées dans l’innovation reposent souvent sur des avancées dans la mesure ».

L’Internet, si l’on le considère comme le fait Tim O’Reilly, tel un nouveau-né, va gagner en performance analytique, dans le temps à venir, en apprenant à coordonner les informations dont il dispose (recueillies par les sens dans le cas du bébé ; documentées par nous tous, acteurs du web 2.0, dans le cas du web). Le web, mieux coordonné, deviendrait source de données réellement intelligentes. Quelques exemples de réalité enrichie, via des utilitaires d’image et géolocalisation pour smartphone, sont effectivement saisissants : la porosité entre web et monde physique n’a jamais été aussi grande, au point de modifier les deux et de susciter des inquiétudes aussi grandes du côté des théoriciens du web (sur le point de disparaître sous le règne des applications ?) que de celles des technophobes.

Les questions politiques abondent dans ce livre – et notamment celles de la privatisation et de la libération des données : intéressant de constater à quel point facebook et sa politique de capitalisation de nos données personnelles, certes inquiétante, a été montrée du doigt ; et l’a été en même temps que wikileaks et sa campagne d’ouverture des données cachées au public ont été ou fustigées, ou louées (avec un égal manque de mesure). Mais il nous inquiète  aussi de la possibilité donnée (ou non) à la recherche d’exploiter efficacement des données, hors du champ privé (et donc du profit financier). Donnant longuement la parole à l’ethnologue, spécialiste des réseaux sociaux, Danah Boyd, il nous éclaire encore sur la relativité de la  confiance à accorder aux données brutes. Citant également Johanna Drucker et encore Dominique Cardon, il souligne que  :

« La mise à disposition des données ne résout en rien la question de la nature des données qui vont être exploitées, et finalement de la focale qui va être privilégiée par l’analyse : l’individu ou l’agrégat ? (…) « La notion de donnée est dépendante du regard qui la constitue, l’agrège, et la représente. »

Ce livre, tellement dense et ramifié qu’impossible à résumer, est aussi une porte ouverte en grand vers de nombreuses ressources web, par presque 1000 liens hypertexte, entame une réflexion que cette collection-observatoire va nous aider à creuser. Il constitue de ce fait un pivot, prolongement des précédents ouvrages autant qu’appel à de nombreux enrichissements à venir.

Trois | sur | Quatre-vingt-dix-neuf : Pichenettes.

Digressons, d’une question de Sandra Moussempès : « Qu’est-ce-que le poke ? ». Eh bien, d’après wiktionnary, to poke, c’est donner une pichenette à quelqu’un pour attirer son attention. Un doigt tapotant l’épaule, ‘lut-toi-ça-va. Cette fonction sociale, c’est celle du poke, version ubiquité : taper sur l’épaule de quelqu’un qu’on aime bien, pour lui dire : qu’on l’aime bien – ubiquité permettant de taper sur dix épaules simultanément ou presque et que dix doigts tapotent votre épaule sans manquer de place. Dans l’IRL, c’est plutôt agaçant – & on l’imagine, formidablement agaçant quelqu’un qui vous le ferait à maintes reprises dans la journée. Mais sur facebook, ça compense, ça ajoute un stimulus, simple obstiné muet stimulus, au déferlement des signes – dont beaucoup de mots. Mon paradoxe du moment, c’est que facebook ne me les signale pas, mais m’en avertis par courriel – il m’est donc signalé par courrier que quelqu’un m’a tapoté l’épaule. & quand wiktionnary m’informe qu’un poke est aussi l’« insertion d’une valeur à une adresse mémoire dans le but de modifier le comportement de programmes. », je ne suis pas sûr de ne pas devoir m’inquiéter de ce dérèglement du poke.