« « Il s’agit de donner des yeux à la pensée, ou du moins meilleure vue, par des combinaisons de mots qui fassent projecteurs, lunettes ou loupes. » » |Sandra  Lucbert, Personne ne sort les fusils (SEUIL, collection Fictions et Cie, août 2020)

Parmi les romans de cette rentrée littéraire s'est glissé un essai foudroyant, d'une romancière remarquable – l'essai n'est pas une fiction, pas un roman, mais il traite avec les outils de la littérature (un usage et un rapport au langage, inventifs, questionnant) de ce qui se passe pour une fiction mais dont l'impact est bien réel – la liquidation des vies sous le joug du flux/ du flow économique. Sandra Lucbert a assisté au procès France Télécom, dont on a déjà oublié qu'il eut lieu,

Il faut parfois tendre un peu l’oreille (Marie Chartres, Florence Seyvos et Martin Page à Chateaubriant / Octobre 2016, podcast)

Il faut parfois tendre un peu l'oreille (Marie Chartres, Florence SeyvoS, Martin Page, médiathèque de Chateaubriant  / Octobre 2016, podcast) (Entretien avec Guénaël Boutouillet) Il faut parfois tendre un peu l'oreille, oui, car l'enregistrement laisse un peu à désirer – veuillez m'en excuser et monter un peu le volume ou écouter au casque, vous ne … Lire la suite Il faut parfois tendre un peu l’oreille (Marie Chartres, Florence Seyvos et Martin Page à Chateaubriant / Octobre 2016, podcast)