Archives de Tag: Ecrivains en bord de mer

Ecrivains en bord de mer 2016, du 13 au 17 juillet 2016 | Copieux et savoureux

header9

(logo du festival, ©Quentin Faucompré)

C’est comme un rituel, chaque année, à cette période, ici même, sur ce site : vous donner le programme de Ecrivains en bord de mer, et dire un peu ce que j’y ferai. Car oui, c’est aussi comme un rituel, j’y fais quelque chose, à chaque fois, poser des questions, présenter une collection, twitter même parfois, et puis toujours savourer, écouter goulûment l’essentiel des rencontres – c’est peu dire que je suis heureux d’en être complice.
Et cette année c’est comme chaque année sauf que cette année-ci est tout à fait particulière, oui, plus encore, oui, car : le festival fête ses vingt ans. Mazette. Donc, déjà, chapeau, Brigitte et Bernard Martin, d’avoir tenu, porté, avivé sans cesse cette jolie entreprise, et de l’avoir fait sans s’obliger à grandir – ainsi que trop souvent se pense l’évolution des festivals, comme un grossir–toujours  pour ne pas mourir–demain. Eh bien non, ici, on ne s’oblige à aucune démesure, aucun excès, ici c’est l’accueil, le sourire, la densité de propositions, leur renouvellement qui valent — un exemple, tiens : Quels autres festivals aussi reconnus évitent les chevauchements sur la grille, pour vous permettre, à une bière en terrasse près (mais c’est là votre fait, votre loisir, ô public), d’assister à tous les échanges ? Parce que, comme le programme ci-dessous repris, mais évidemment dispo sur le site du festival, l’indique, le programme est copieux. Il l’est encore plus cette année sans doute, du fait de la formule proposée :

« Dix personnalités parmi les plus familières et les plus marquantes de ces rencontres ont été invitées.

Il leur a été proposé à chacun d’inviter un auteur de son choix, jamais venu à ce festival et de le présenter au public :

Et c’est ainsi que :

Yves Arcaix invite Jérôme Game
François Bon invite Martin Page
Guénaël Boutouillet invite Ryoko Sekiguchi
Chloé Delaume invite Anne-James Chaton
Mathias Enard invite Camille de Toledo
Philippe Forest invite Catherine Millot
Christian Garcin invite Gilles Ortlieb
Thierry Guichard invite Sébastien Barrier
Sophie Merceron invite Mathieu Simonet
Marie Nimier invite Thierry Illouz
Yves Pagès invite Noémi Lefebvre
Tanguy Viel invite Olivier Cadiot »

Alors comme mon nom l’indique, je suis complice au carré, puisqu’invité à inviter – ce qui me va droit au cœur, comme d’accueillir Ryoko Sekiguchi (belle occasion pour monter enfin ce dossier à elle consacrée sur remue.net).

Je poursuivrai aussi mon année Garcin (après cette rencontre à Vents d’Ouest, celle pour remue.net avec Patrick Devresse, et avant le festival Echo au château de Nantes cet automne), reprendrai la conversation avec Enard et de Toledo, demanderai des trucs à Chloé Delaume pour la troisième fois à La Baule (et les trucs en question concerneront Anne-James Chaton, on ne s’en plaindra pas 😉 ; et puis, et puis, j’écouterai Tanguy Viel déplier « son » Cadiot, je découvrirai Gilles Ortlieb, écouterai Philippe Forest lire son roman de rentrée, « Crue », lequel a l’air fameux…, savourerai la façon dont François Bon tourne son Page…

et interrogerai Ryoko Sekiguchi — un récit de saveurs où nous parlerons fantômes et fadeur, voix sombre et astringences…

Le festival à La Baule, quelques jours où : Comment sourire et lire avec la même intensité, comment rire à la tâche, penser joyeux — quelle meilleure façon de sprinter heureux avant la grande vacance estivale…

On s’y retrouve ?


Mercredi 13 juillet : Un avant-goût de la rentrée

17 heures : Rencontre avec Chloé Delaume suivie d’une lecture d’extraits de son roman à paraître en septembre aux éditions du Seuil : Les Sorcières de la République.
(animée par Bernard Martin)

18 heures : Rencontre avec Philippe Forest suivie d’une lecture d’extraits de son roman à paraître à la rentrée littéraire de septembre chez Gallimard : Crue
(animée par Bernard Martin)

19 h 30 : inauguration

Jeudi 14 juillet

11 h 30 : Humeurs apéritives de Gérard Lambert
14 h 30 : Marie Nimier présente Thierry Illouz

15 h 30 : Rencontre avec Christian Garcin
(animée par Guénaël Boutouillet)

16 h 30 : Lecture par Tanguy Viel d’extraits de Article 353 du code pénal à paraître en janvier 2017 aux éditions de Minuit

17 h 30 :  Rencontre Guénaël Boutouillet / Ryoko Sekiguchi : Un récit des saveurs

18 h 30 : Rencontre Sophie Merceron / Mathieu Simonet
(animée par Bernard Martin)

19 h 30 : Lecture par Yves Pagès d’extraits d’un texte en cours d’écriture

20 h 30 : Rencontre Yves Arcaix / Jérôme Game suivie d’une lecture
(animée par Bernard Martin)

Vendredi 15 juillet

11 h 30 : Humeurs apéritives de Thierry Guichard

14 h 30 : Rencontre Camille de Tolédo / Mathias Enard
(animée par Guénaël Boutouillet)

15 h 30 : Lecture de François Bon : Vie et oeuvre de Howard Phillips Lovecraft”

16 h 30 : Rencontre Philippe Forest / Catherine Millot
(animée par Bernard Martin)

17 h 30 : Marie Nimier et Thierry Illouz évoquent l’écriture des chansons
(animée par Bernard Martin)

18 h 30 : Rencontre Christian Garcin / Gilles Ortlieb
(animée par Thierry Guichard)
19 h 30 : lecture par Anne Waldman accompagnée de Vincent Broqua

20 h 30 : Au cinéma le Gulf Stream : projection “La saison des femmes” de Leena Yadav (5 €)

Samedi 16 juillet

11 h 30 : Humeurs apéritives de Thierry Guichard

14 h 30 : Rencontre avec Sonia Faleiro autour de ses deux livres parus chez Actes-Sud : Bombay Baby et Treize hommes (ouvrages traduits de l’anglais (Inde) par : Eric Auzoux)
conversation en anglais
(animée par Bernard Martin)

15 h 30  : rencontre avec Mathias Enard
(animée par Bernard Martin)

16 h 30 : Tanguy Viel présente Olivier Cadiot suivi d’une lecture par Olivier Cadiot

17 h 30 : rencontre François Bon / Martin Page
(animée par Bernard Martin)

18 h 30 : rencontre Yves Pagès / Noémi Lefebvre
(animée par Bernard Martin)

19 h 30 : rencontre avec Anne Waldman
(animée par Alain Nicolas)

20 h 30 :  Chloé Delaume présente Anne-James Chaton suivi d’une lecture par Anne-James Chaton
(animée par Guénaël Boutouillet)

Dimanche 17 juillet
11 heures : Rencontre avec un éditeur indien S. Anand en compagnie d’une éditrice nantaise Christine Morault de MéMo
(animée par Bernard Martin)

Publicités

Re-devenirs (du roman) | débat à La Baule avec Emmanuel Adely, Hélène Gaudy et Joy Sorman (vidéo)

J’ai déjà parlé ici de cet essai collectif remarquable (Devenirs du roman, vol. 2,  , matériaux), ouvroir de possibilités conceptuelles, anthologie d’analyses de pratiques et recueil de faits littéraires. Une pépite.

En juillet de cette année (2014), Le festival Ecrivains en bord de mer (déjà présenté là) m’a permis de débattre avec trois des écrivains présents dans le recueil, belle occasion de plonger plus avant dans leur œuvre distincte : Emmanuel Adely, Hélène Gaudy et Joy Sorman.

Lectures, discussion, traversée des problématiques du livre, distinctions et convergences : comment envisager le réel, que faire en position de témoin, quelles questions de posture et de morale cela pose-t-il à l’écrivain, se demandent-ils, et  Joy Sorman (qui fait paraître en cette rentrée un très beau La peau de l’ours) pousse la question comme elle le fait dans le recueil, depuis les copeaux de matière non utilisés dans son Lit national (éditions Le Bec en l’air); et c’est une bascule de ce débat. En effet, il faut toujours quelques minutes avant qu’advienne réellement quelque chose de plus lors d’un débat collectif, que cette position étrange (que j’ai déjà évoquée dans cet article), de fabrication d’une parole, dans laquelle nous sommes mis, débouche quelque part ailleurs, au-delà du  territoire initialement assigné à ce débat. Ici, l’archive en tant que potentialité mélancolique, le trop-plein d’informations

C’est un copieux travail (comme nous le savons, avec Patrick Chatelier et Marjolaine Grandjean, pour remue.net) que de faire filmer, monter  puis donner ainsi à voir en ligne, après coup, des lectures, des débats (et cela, sans doute, la perspective de cette trace  à venir, constitue un discret agent mélioratif pendant le moment), ; c’est un travail utile — ainsi que le fait Bernard Martin sur le site du festival (entrepôt de ressources précieuses ainsi que je l’évoquais en reprenant cette vidéo de Stéphane Bouquet lors de l’édition 2013), mais d’ores et déjà sur sa page vimeo.

Et comme, on l’espère, la discussion débouche, ouvre, et lie, vous ne saurez vous empêcher d’écouter les entretiens personnalisés (Hélène Gaudy interrogée par Charlotte Desmousseaux ; Emmanuel Adely singulier et collectif tout ensemble, passé(s) au crible par Thierry Guichard ; mais aussi la lecture de La peau de l’ours par Joy Sorman et Olivier Rocheteau, un tissage intelligent et sensible, featuring Deleuze, Bartleby, ou Freaks).

Un travail utile, disais-je, que cette mise en ligne de captations, à au moins deux niveaux : en tant que matière sensée et sensible à partager (en tant que pierre posée à l’édification, permanente, de notre intelligence collective), ; mais également, plus symboliquement,  en tant que force de sédimentation au cœur des flux – ce à quoi nous sert aussi le web, puis le réseau social en tant qu’amplificateur), en tant que cut au milieu du régime du tout-évènementiel.

De beaux moments. Play it.

nos devenirs estivants | festival écrivains en bord de mer, du 16 au 20 juillet 2014, La Baule

————————————
Ce festival est un rendez-vous personnel – j’y vais chaque été depuis des années (petit récit de l’édition 2010 sur remue.net, pour exemple), ai eu le plaisir d’en être community manager en 2013, pour une édition remarquable, intégralement filmée, dont, a minima, on conseillera le visionnage immédiat des rencontres autour de L’école de New York et de Joe Brainard, et de la conférence de Stéphane Bouquet. Et, pour rappel, la lecture des flux de réseaux sociaux ré-agrégés en épisodes via storify Jour 1 – mercredi 17 juillet / Jour 2 – jeudi 18 juillet / Jour 3 – vendredi 19 juillet / Jours 4 & 5 – samedi 20 et dimanche 21 juillet ) – cette expérience fut intense et unique, de tout noter, du moins tout ce qui pouvait se compacter en 140 signes…
Ma présence (car les Martin, Bernard et Brigitte, me font le plaisir de me convier à participer à ce moment, qu’ils en soient ici remerciés) sera cette année plus posée, ou concentrée – mais concentrée sur une matière extrêmement centrifuge, vivement divergente, à savoir l’essai collectif Devenirs du roman (vol.2, matériaux), auquel sera consacrée une rencontre, discussion avec trois des auteurs qui y ont participé : Hélène Gaudy, Emmanuel Adely et Joy Sorman.
L’occasion de plonger plus avant dans ce passionnant ouvrage, déjà lu une fois , en cours de relecture attentive, pour chronique prochaine (Lire ma critique du recueil en question sur matériau composite).
Mais aussi de savourer l’ensemble des autres moments du festival, ainsi que le font la plupart des auteurs en présence – car, une fameuse conjonction d’éléments (un cadre, un moment de ralentissement, un accueil & une convivialité, mais aussi une programmation curieuse, experte, ouverte – un regard gourmand et gourmet sur la production littéraire contemporaine) fait de ces quelques jours d’été une exception, alliant densité et vigueur, calme et intensité.
Le programme est ci-dessous, vous pourrez constater que l’ensemble vaut largement le déplacement – à très vite , on s’y retrouve, hein ?
(Guénaël Boutouillet)
————————————

Mercredi 16 juillet
17 h 30
– lecture par Emmanuel Adely
d’extraits de La Très Bouleversante Confession de l’Homme qui a abattu le plus grand fils de pute que la terre ait porté, 2014, Editions Inculte
18 h 30
– lecture d’extraits de Autour du monde par Laurent Mauvignier
le livre paraîtra fin août aux éditions de Minuit
20 h 00
inauguration
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
• jeudi 17 juillet
11 h 30
les humeurs apéritives de Gérard Lambert
15 h 00
Julia Kerninon
entretien avec
Bernard Martin
16 h 00
Hélène Gaudy
entretien avec
Charlotte Desmousseaux
17 h 00
Emmanuel Adely
entretien avec
Thierry Guichard
18 h 00
Emmanuelle Pagano
lecture d’extraits de
Nouons-nous en compagnie de Laurent Mauvignier
20 h 00
Valérie Mrejen
entretien avec
Alain Nicolas

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
• vendredi 18 juillet
11 h 30
– les humeurs apéritives de
Thierry Guichard
15 h 00
– Conférence
Constance Lewallen
conférence sur Joe Brainard peintre
16 h 00
Bill Berkson
lecture bilingue suivie d’un entretien avec
Olivier Brossard
17 h 00
Morten Sondergaard
Lecture en anglais
Wordpharmacy
lecture en français par
Olivier BrossardLa pharmacie des mots
18 h 00
Laurent Mauvignier
entretien avec
Bernard Martin
19 h 00
– table ronde autour de l’ouvrage Devenir du roman, paru aux éditions Inculte
avec des auteurs qui y ont participé :
Hélène Gaudy, Emmanuel Adelyet Joy Sorman
animée par
Guénaël Boutouillet

20 h 30
– cinéma Le Gulf Stream
projection de
I Wish I Knew (Histoires de Shanghai)
un film de
Jia Zhang-ke
Ce documentaire se concentre sur les habitants de Shanghai, leurs histoires, l’architecture spectaculaire de la ville.

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
• samedi 19 juillet
11 h 30
– les humeurs apéritives de
Thierry Guichard
La Baule invite Shanghai
La mégapole chinoise sous le regard d’écrivains français et chinois.

15 h 00
Celia Levi
entretien avec
Bernard Martin
16 h 00
Chantal Pelletier
lecture suivie d’un entretien avec
Bernard Martin
17 h 00
– projection de photos de Shanghai
et lecture par
Sophie Merceron de textes sur Shanghai
17 h 30
Wang Zulinget Xue Shu
entretiens avec
Bernard Martin
18 h 30
Celia Levi,Chantal Pelletier, Wang ZulingetXue Shu
table ronde Shanghai littéraire
20 h 00
Joy Sorman et Olivier Rocheteau
Lecture
extraits de La peau de l’ours à paraître chez Gallimard en septembre 2014

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
• Dimanche 20 juillet
11 h 30
Christine Morault des éditions MeMo et Anne Bertier
entretien avec Bernard Martin

 

LA BAULE en direct ou presque (de mercredi 17 à dimanche 21 juillet)

Le festival Écrivains en bord de mer, son beau programme, et ce que j’y ferai cette année, j’en ai déjà parlé précédemment sur ce site.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ici seront rassemblés des éléments de flux, posés sur réseaux sociaux et le web. Au jour le jour. Le flux twitter est visible en colonne de droite de cette page.

Autre ressources en ligne

Le flux twitter #EBDM2013 /
La page facebook EBDM2013   /
Le mot-clé sur facebook #EBDM2013 /
Le site du festival /
Les vidéos des interventions /
Le programme complet

Les Storify :

Jour 0 (les prémisses). [View the story « Ecrivains en bord de mer 2013 – jour 0 (préalables) » on Storify]
Jour 1 – mercredi 17 juillet
[View the story « Ecrivains en bord de mer 2013 – jour 1 (mercredi 17 juillet) » on Storify]
Jour 2 – jeudi 18 juillet
[View the story « Ecrivains en bord de mer 2013 – jour 2 (jeudi 18 juillet) » on Storify]
Jour 3 – vendredi 19 juillet
[View the story « Ecrivains en bord de mer 2013 – jour 3 (vendredi 19 juillet) » on Storify]
Jours 4 & 5 – samedi 20 et dimanche 21 juillet
[View the story « Ecrivains en bord de mer 2013 – jour 4 et 5 (samedi 20 juillet, dimanche 21) » on Storify]

Dans la chapelle & dans les flots – (Ecrivains en bord de mer, éditions 2013)

affiche

Ecrivains en bord de mer, éditions 2013

C’est du mercredi 17 au dimanche 21 juillet 2013,

J’y ferai du live twitt et du ménagement communautaire (a.k.a community management in english, mais comme je le ferai en français, je le traduis en français), c’est-à-dire que je serai là pour tout (ou presque) voir, tout (ou presque) entendre, et de le relayer sur le web, via réseaux sociaux – mais aussi, via des outils comme storify ou ce blog, d’en faire le récit, sitôt reconstitué, de réifier chaque soir un peu de ce qui aura pépié dans la journée – corrigeons : de réifier chaque matin de ce qui aura pépié la veille, ambition plus raisonnable, les soirées estivales pouvant être plus longues qu’on l’imagine initialement.

Ce festival, je le connais, pour y avoir, certes, animé déjà des débats (avec Chloé Delaume, Eric Arlix, Charles Robinson…), mais d’abord pour y être venu chaque année depuis des lustres, en ce début d’été, juste avant les vacances, assister à ces échanges, discussions hors de la promo et hors du speed induits naturellement par les festivals « ordinaires »… (alors qu’on ferait bien de continuer de la questionner, cette doxa quantitative, cette nécessité du gigantisme, des événements, par ailleurs, énormité dont chacun, chaque pièce du « dispositif », auteur, public, libraire, pris isolément, se plaint).

Pas ordinaire, effectivement, ce festival : c’est qu’il s’y passe et dit et vit toujours quelque chose, dans la douceur de La Baule (c’est aussi, sans doute, le frais cocon de la Chapelle où tout cela se passe, son effet de contraste avec le plomb du soleil dehors, qui joue ; c’est assurément la qualité de la programmation, son savant équilibre, entre habitués et néophytes, qui tresse des rapports, et fait récit) . Cette mission, qui m’est confiée, cette année, est inédite, en ces termes,  pour moi (ce que j’ai fait pour Livre au Centre ou remue.net sur les dits réseaux depuis ses années ne se concentre jamais dans un espace-temps aussi resserré), comme elle l’est pour Brigitte et Bernard Martin qui m’y convient : le site Ecrivains en Bord de Mer annonce et donne à voir, a posteriori, les captations vidéo (par Joachim Bon) des débats et lectures. Eux-mêmes fréquentent, tous deux, les dits réseaux, et le festival s’y annonce, s’y salue – mais le temps manque, pendant les quelques jours que dure chaque édition, pour l’y donner à ressentir en live. Ce sera ce à quoi je m’emploierai (ce qui me semble signifier, en somme : écouter, voir, noter, noter – un plaisir – puis publier – une habitude, un usage).

Ce temps et son usage auront cette valeur-là, de l’inédit, de l’expérimentation – pas juste de la « nouveauté », bien au contraire : ce n’est pas nouveauté ou gadget, c’est, éprouvé par l’expérience d’une grande richesse de paroles énoncées, (à chaque édition du festival, chaque été), en donner quelque trace effusive, ici, et aussi .(Le hashtag, ou mot-dièse, c’est #EBDM2013 sur twitter , #EBDM2013 sur facebook également).

Faire du flux (de la relation) et du récit (de la relation, rejouée, enjouée).

Et au vu du programme, de la liste des intervenants, ça promet :

(avec Jakuta Alikavazovic, Emmanuelle Bayamack-Tam, François Bon, Stéphane Bouquet, Vincent Broqua, Olivier Brossard, Marie Chaix, Claro, Thalia Field, Christian Garcin, Peter Gizzi,  Laura Kasischke,  Alban Lefranc, Harry Mathews, Christine Montalbetti, Ron Padgett, Martin Richet, Jacques Roubaud, Cole Swensen, Tanguy Viel)

Le site du festival.

Le programme complet

• Mercredi 17 juillet17 h 30
Jacques Roubaud
lecture d’extraits d’
Ode à la ligne 29 des autobus parisiens (Attila)

18 h 30
François Bon
François Bon, en une heure de performance improvisée, rassemble 100 questions sur
À la Recherche du temps perdu.
Son livre Proust est une fiction paraîtra en septembre au Seuil, Fiction & Cie.

20 h 00
inauguration

• jeudi 18 juillet
Des voix singulières

11 h 30
Lecture par
Claro

14 h 30
Rencontre avec
Marie Chaix interrogée par Bernard Martin

15 h 30
Rencontre avec Christine Montalbettiinterrogée par Alain Nicolas

16 h 30
Rencontre avec
Alban Lefranc interrogé par Bernard Martin

17 h 30
Rencontre avec Jakuta Alikavazovic interrogée par Bernard Martin

18 h 30
Rencontre avec Emmanuelle Bayamack-Tam interrogée par Alain Nicolas

19 h 30
Rencontre avec Christian Garcin interrogé par Bernard Martin

20 h 30
Rencontre
Thalia Field/Vincent Broqua animée par Olivier Brossard

• vendredi 19 juillet
« Poésie américaine contemporaine »

11 h 30
Humeurs apéritives de Bernard Martin
Joe Brainard et le Bloody Mary
projection du film de Matt Wolf :
I remember. A film about Joe Brainard (25 minutes)

14 h 30
Conférence
« La poésie américaine » par Stéphane Bouquet

15 h 30
Panorama/lectures bilingues
Entendre les voix des poètes américains

Ron Padgett (lecture en français par Claire Guillot)

Cole Swensen (lecture en français par Vincent Broqua)

Peter Gizzi (lecture en français par Stéphane Bouquet)
chaque lecture est précédée d’une présentation par
Olivier Brossard

17 h 30
Évocation/table ronde
« Nous nous souvenons de Joe et de l’école de New York »
Joe Brainard (1941-1994) est un artiste et écrivain américain proche des poètes de l’École de New York. Son œuvre graphique importante comprend des assemblages, des collages, des dessins et des peintures, ainsi que de nombreuses couvertures de livres et pochettes d’album, décors et costumes de théâtre. En particulier, Brainard a collaboré avec des poètes de l’école de New York comme Ron Padgett, John Ashbery et Ted Berrigan. Il est l’auteur de
I Remember (traduit en français par Marie Chaix et publié chez Actes Sud). C’est Harry Mathews qui fait découvrir l’ouvrage à Georges Perec qui s’inspire du principe d’énumération des souvenirs pour écrire son célèbre Je me souviens. Ron Padgett et Joe Brainard ont partagé leur enfance à Tulsa, Oklahoma puis se sont installés l’un et l’autre à New York. Ils sont restés très proches et ont participé à des publications communes. Après son décès, Ron Padgett lui a consacré un livre de souvenirs Joe : A Memoir Of Joe Brainard et est à l’origine de la publication de The Collected Writings of Joe Brainard à la Library of America en 2012.
avec
Ron Padgett, Harry Mathews, Jacques Roubaud et Marie Chaix
animée par Bernard Martin

18 h 30
Table ronde
« Traduire les poètes »
Martin Richet, Vincent Broqua, Claro,Cole Swensen et Jacques Roubaud
animée par
Olivier Brossard

20 h 00
Performance
« Fassbinderologie Science dure avec effets pratiques »
Julien Lacroix et Alban Lefranc
avec les corps de Fassbinder et Mohamed Ali

• samedi 20 juillet
Le roman américain avec Harry Mathews et Laura Kasischke

11 h 30
Humeurs apéritives de
Gérard Lambert

14 h 30
Conférence
« Ce que j’ai appris de la littérature française en lisant des romans américains » par Tanguy Viel

15 h 30
Laura Kasischke interrogée par Bernard Martin
traduction simultanée par Lucie Lavergne
Une anthologie des textes de Laura Kasischke lue par Sophie Merceron
interventions de
Christian Garcin

17 h 30
Harry Mathews interrogé par Olivier Brossard

19 h 00
Débat
« Qu’est-ce que le Creative Writing ? Par ceux qui le pratiquent »
avec Laura Kasischke, Cole Swensen, Thalia Field et François Bon

20 h 30
Projection de film
La vie devant ses yeux adapté du roman de Laura Kasischke
suivi d’une conversation avec
Laura Kasischke à propos de l’adaptation cinématographique de son livre.
Cinéma le Gulf Stream (entrée payante)

• Dimanche 21 juillet

11 h 30
Rencontre avec
François Bon à propos de publie.net : Premier bilan d’un éditeur numérique